Bis repetita placent

Comme je l’ai indiqué dans une précédente contribution (c’est ici), le député LREM de la huitième circonscription d’Ille-et-Vilaine ne supporte pas que des annonceurs – encouragés par diverses associations – cessent de diffuser leurs publicités via des médias considérés comme d’extrême droite ou dans des émissions relayant des discours jugés racistes ou sexistes.

Dénonçant ce qui lui parait relever du boycott militant, Florian Bachelier a utilisé la procédure des questions écrites pour suggérer au gouvernement de « modifier le code pénal afin de mieux prévenir et sanctionner de telles pratiques inquisitrices, sous couvert d’ingérence économique, qui peuvent être qualifiées de véritables entraves au principe de liberté d’expression, basées sur la simple disqualification des opinions contraires à leur matrice idéologique ».

Avocat d’affaires, et subsidiairement premier questeur de l’Assemblée Nationale, il s’était cependant bien gardé de publier sur son blog le texte de la question qu’il a posée au ministre de l’économie, des finances et de la relance.

Il faut dire qu’à peine la question avait-elle été publiée au Journal officiel du 1er juin 2021 dans la rubrique « crimes, délits et contraventions », le ministère de l’économie, des finances et de la relance en avait été déssaisi au profit du ministère de la justice (pour être précis : le 8 juin).

Mettons qu’il s’agisse d’une simple erreur d’orientation : ça doit bien arriver aux meilleurs avocats d’affaires.   😉 😉 😉

Quoi qu’il en soit, cette question a donné lieu à une réponse particulièrement claire du ministère de la justice qui a été publiée au Journal officiel du 3 août 2021 dans les termes suivants : « l’état du droit positif parait suffisant et complet pour appréhender pénalement la situation évoquée ».

Profondément vexé que l’Etat profond (justement) lui résiste, Florian Bachelier qui « préfère en rire » s’est immédiatement exprimé dans Valeurs Actuelles – un de ses médias préférés – en fanfaronnant dès le 5 août que : « La bonne nouvelle c’est qu’on prend des étudiants de première année en droit en stage dans les ministères ».

Et – en considérant sans doute qu’il aurait plus de chance d’être entendu en saisissant directement son excellent ami l’avocat Eric Dupont-Moretti – Florian Bachelier vient de relancer mot-à-mot la même question écrite, qu’il a cette fois-ci publiée sur son blog avant même qu’elle le soit au Journal officiel du 10 août.

Non, j’exagère, les deux questions ne commencent pas exactement de la même manière puisque :

  • le 1er juin : M. Florian Bachelier attire l’attention de M. le ministre de l’économie, des finances et de la relance sur les pratiques illégales de collectifs activistes et cyber-activistes tels que Sleeping Giants… (raté)
  • le 10 août : Florian Bachelier alerte fortement M. le garde des sceaux, ministre de la justice, sur les pratiques illégales de collectifs activistes et cyber-activistes tels que Sleeping Giants…

Le reste : sans changement (quand on est bon, on est bon).

2 commentaires

  • SANNER

    Je n’ose dire ce que je pense de ce type…merci en tout cas de nous informer…

  • MARTIN

    Apparemment Mr BACHELIER aime bien faire parler de lui. Qu’importe le sujet ! Quant à ses accointances avec Valeurs Actuelles, cela en dit long sur ses convictions et sur celles du courant politique qu’il est censé représenter… Mais il est vrai que LREM est une véritable « auberge espagnole »!

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.