Un mystérieux petit pays

Download PDF

Qu’il ait l’âme d’un peintre-voyageur, d’un reporter-photographe, d’un sociologue, d’un politologue, d’un ethnologue, d’un humanitaire, par exemple, ou bien d’un simple curieux… peu m’importe !…

Comme chaque fois, je cherche à concevoir mon prochain périple avec quelqu’un de sympa, pas compliqué et suffisamment bon vivant, autour d’un ou de plusieurs projet(s) pour ne pas voyager idiot.

Concrètement, je souhaiterais me rendre une nouvelle fois en Moldavie.

Que ce soit via l’Europe centrale ou via les Balkans, je connais assez bien les routes qui y conduisent puisque je les pratique depuis une quinzaine d’années et je crois que je ne m’en lasserai jamais.

Il n’y a pas d’exception : chaque fois et chaque jour, ce sont de nouvelles découvertes et surtout de nouvelles rencontres… tant ces pays sont insolites et tant leurs habitants sont hospitaliers (à titre d’exemple : je n’ai jamais dormi dans un hôtel en Moldavie).

L’an dernier, au bout de ce lien, j’ai brièvement rendu compte de ma manière de voyager :

quelques nouvelles du front

Cette année, au bout du chemin qui est déjà en soi une aventure inoubliable, je serais plus particulièrement motivé par divers évènements… à commencer par un (super) mariage le 31 août, qui est aussi le jour de « Lîmba noastra » : le jour de la fête de la langue, dans ce pays par ailleurs extrêmement francophone. Et puis j’aimerais si possible en profiter pour passer quelques jours en Transnistrie, à l’occasion de l’anniversaire de la proclamation de son « indépendance » au début septembre, parce que je reste frustré du trop peu de temps que j’ai pu passer deux fois déjà dans ce petit musée soviétique à ciel ouvert qui est beaucoup plus accueillant qu’on ne le dit… d’autant que j’y ai les meilleurs contacts (à titre d’exemple : bien sûr que, contrairement à tout ce que l’on peut lire, on peut y prendre toutes les photos que l’on veut).

Je dispose d’un Duster (un 4×4 intermittent, qui permet tous les écarts aux itinéraires généralement convenus), et je recherche un co-équipier également motivé.

J’ai bien conscience que ça suppose une certaine disponibilité, mais je ne pars pas pour moins de 5 semaines parce que ça me paraît le temps qu’il faut pour bien profiter d’une part de la route le long de laquelle il y a tant de plaisir à prendre et d’autre part de la destination.

Je lance donc un appel aux amateurs et je vous remercie par avance si vous pouviez le relayer en le faisant suivre ou/et en le partageant le plus possible.

patrick.jehannin@gmail.com

Laisser un commentaire