Une publicité assez pernicieuse

Le 30 juin dernier, à l’occasion d’une délibération du conseil métropolitain portant sur le règlement local de publicité, le groupe écologiste et citoyen de Rennes Ville et Métropole déclarait haut et fort :

« Nous disons stop à la saturation publicitaire »

Et il poursuivait à juste titre ainsi :

« Chacun d’entre nous est exposé chaque jour à au moins plusieurs milliers de messages publicitaires. À la télé, à la radio, sur internet, dans la rue, dans les magasins, dans sa boîte aux lettres, dans ses journaux, partout, où qu’on soit, on ne peut y échapper …/… Nous nous pensons imperméables à la publicité et ses grosses ficelles, force est de constater que nous ne le sommes pas ».

Cependant, je vois que lors de l’inauguration de la 2de ligne du métro ce 20 septembre 2022, il a suffi d’un artifice pour que le groupe SAMSIC (30.000 clients – 9.000 collaborateurs – 2,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires) puisse s’immiscer au cœur de l’évènement sous couvert de la gentillette mascotte-sandwich du stade rennais.

J’observe que tout ceci s’est passé sous le regard amusé si ce n’est complaisant de nos élus municipaux et métropolitains.

J’aimerais vraiment savoir s’ils ont été bernés/piégés ou bien si, au contraire, il s’agit là d’une opération anticipée et autorisée.

Et dans cette dernière hypothèse, je souhaiterais alors savoir : QUI a bien pu autoriser QUI, et quand ?

 

S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
P. Jéhannin
2 mois il y a

Je pourrais être plus direct : combien SAMSIC a-t-il versé à Rennes Métropole pour cette publicité très diffusée ?…

Mascotte
Mascotte
2 mois il y a
Répondre à  P. Jéhannin

Aux dernières nouvelles le métro est accessible à tous, nul besoin d’une quelconque autorisation. Que l’on porte un maillot ou non.

pierrade
2 mois il y a

Et Puma ? Si toutes les marques ayant des budgets comm conséquents se précipitent pour sponsoriser le foot, c’est qu’il y a une raison… Ici un exemple de bénéfice collatéral. Mais tant mieux, c’est une boite bretonne qui a conservé son siège à Rennes malgré la tentation d’aller à la Défense. Et comme vous l’avez souligné, ils créent des milliers d’emplois en Bretagne et ailleurs. On peut bien les soutenir !