Convaincre ou contraindre ?…

Un ami m’a suggéré de réfléchir à la teneur d’une tribune qu’une centaine d’avocats ont choisi de publier sur un blog de Médiapart  :

Des avocats pour le respect du droit et des libertés

J’avoue que je ne suis vraiment pas convaincu par ce document.

Il émane d’une centaine de professionnels, dont 11 habitent à la Réunion.

J’observe d’abord que c’est proportionnellement beaucoup, d’autant que – dans ce territoire – seuls 36 % des habitants ont reçu ne serait-ce qu’une dose de vaccin tandis que le taux d’incidence de la maladie y est de l’ordre du double de celui de la Métropole.

Cette tribune est selon moi bourrée d’amalgames (par exemple entre pass sanitaire et obligation vaccinale), d’imprécisions (par exemple sur la résolution 2361 adoptée le 27 janvier 2021 par l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe qui ne légifère pas), de contre-vérités (par exemple sur le caractère conditionnel des AMM qui n’est en rien une réserve) ou encore d’arguments juridiques largement discutables quand ils ne sont pas purement erronés (par exemple sur le code de Nuremberg qui n’a aucune valeur légale en France).

Elle vise à faire croire que nous sommes dans une séquence expérimentale, que l’on utilise des produits sans le consentement des personnes, que l’on expose ces personnes à des risques fréquents et graves, que l’on ne connait pas les effets à long terme de ce que l’on fait…

Alors qu’à ma connaissance tout ceci est faux, archi faux.

C’est à se demander si ces avocats ne seraient pas tout simplement en mal de notoriété et en pleine opération de rabattage de clientèle.

De mon côté, je ne sens pas « intoxiqué » parce que je ne regarde pratiquement pas la télévision et je ne butine sur les réseaux sociaux que pour prendre la température.

En pratique, je ne m’intéresse vraiment pas beaucoup aux analyses des pseudo-experts qui pullulent dans toutes sortes de médias et jusque sur la toile, et je me garde bien d’agréger trop vite des sujets que je reconnais toutefois possiblement liés.

Peut-être est-ce par excès d’humilité, mais je préfère de très loin me fier aux conclusions des autorités sanitaires compétentes et aux décisions démocratiquement adoptées sur ces bases.

Aurais-je tort également d’écouter mes amis médecins qui sont en première ligne ?…

Et le fait d’avoir eu dans le passé quelques responsabilités, dont je ne parle jamais, dans l’un des 8 établissements de santé de référence pour les situations sanitaires exceptionnelles (celui qui couvrait et sans doute couvre encore la grande zone de défense et de sécurité du quart nord-ouest de la France) ne me donnerait-il que le droit de me taire ?

Serais-je devenu tout-à-coup un mouton, moi qui ai toujours été considéré plutôt comme un électron LIBRE et qui fais tout ce que je peux pour le demeurer ?..

Ce qui est sûr, c’est qu’à ce stade, en ce qui concerne les aspects purement sanitaires, j’ai acquis de réelles certitudes sur la balance bénéfice-risque de la vaccination à court et à long terme, et ceci au plan individuel comme au plan collectif que je ne sais pas dissocier.

J’ai par ailleurs suivi de mon mieux les débats qui ont eu lieu les nuits dernières à l’Assemblée Nationale et au Sénat pour tenter de connaître et de comprendre le point de vue des uns et des autres sur les aspects sociétaux.

Au bout du compte, je résiste encore comme je peux à l’idée qu’il va falloir contraindre si on ne réussit pas à convaincre très rapidement, mais je suis assez pessimiste sur l’issue des échanges.

Un commentaire

  • lafreminette

    En tous points d’accord avec vous. Et beaucoup des tenants de l’opposition sur ce sujet, ne le sont que pour être vus comme contestataires et tenter de continuer à exister, même si ce n’est que par l’abstention.

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.