Que demande le peuple ?…

Je commence à porter un regard assez critique sur l’article de Mathilde Goanec, journaliste de Mediapart, qui dévoilait le 4 mai « le texte et les noms des 61 signataires LREM qui demandent la censure de l’article sur le bilinguisme et le financement par les communes de l’enseignement privé. »

  • D’abord, je suis surpris que l’on parle de « 61 signataires LREM » quand il semble établi qu’il s’agit de signataires de la majorité (LREM, Modem, Agir Ensemble).
  • Ensuite, je ne pense pas que la saisine vise précisément la « censure de l’article sur le bilinguisme et le financement par les communes de l’enseignement privé » : j’attends meilleure formulation.
  • J’ai aussi un doute lorsque je m’attarde sur la formule de politesse un peu décoiffante qui figure au pied du document
  • Enfin, si j’intègre les propos du député LREM Rémy Rebeyrotte qui vient de me confirmer être signataire, il me semble que la liste des députés signataires publiée par Médiapart n’est pas la liste définitive.

Vous trouverez au bout de ce lien (clic), mon échange avec ce dernier.

3 commentaires

  • Austerlitz

    Bonsoir. En réalité je ne comprends rien à vos commentaires. Je ne comprends pas le sens de vos propos.

    • Bonjour, je reformule.

      Je mets en doute la pertinence de l’article de Médiapart, pour 4 raisons :

      • il y a une erreur sur le rattachement des députés qui ne sont pas tous LREM
      • ce n’est (hypocritement) que l’article 6 de la loi qui est déféré au Conseil Constitutionnel
      • on peut espérer, certes sans certitude, que sur la lettre définitive la formule de politesse ait été corrigée
      • le député LREM Rémy Rebeyrotte dit sans ambiguïté avoir signé la saisine alors que sa signature ne figure pas sur la lettre qui a été publiée
  • Nous savons maintenant qu’il s’agissait pourtant bien de la version transmise au Conseil Constitutionnel.

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.