Du devoir de retrait

Carole Gandon vient de s’exprimer dans les colonnes du quotidien Ouest-France.

Suite à la condamnation en appel du député Mustapha Laabid, le 5 novembre dernier, elle estime que celui-ci devrait se mettre en retrait de La République en Marche.

Mais Carole Gandon prend bien soin de préciser qu’elle ne formule cette aimable invitation qu’à titre personnel, en qualité « de citoyenne et de militante ».

S’il est vrai qu’à ce stade, en raison de son pourvoi en cassation (qui a de mon point de vue toutes les chances d’être jugé irrecevable), nul ne peut juridiquement contraindre Mustapha Laabid à se démettre de son mandat de député, je rappelle qu’il pourrait parfaitement faire l’objet :

  • d’une demande de mise en retrait, voire une exclusion de son groupe parlementaire
  • d’une mise en garde, un rappel à l’ordre, un blâme, une exclusion temporaire ou définitive, voire une radiation de son parti La République en Marche

La position personnelle de Carole Gandon, que je salue, a au moins pour effet de souligner davantage encore la lâcheté de tous les responsables et de toutes les instances du mouvement.

 

Pour aller plus loin : toutes mes contributions à ce sujet sont au bout de ce lien (75 à ce jour)

Un commentaire

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.