Chacun son Tour

Download PDF

Dans le droit fil de la délibération du Conseil régional de Bretagne du 15 octobre dernier, le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine vient de délibérer sur sa participation au financement de la redevance qui sera versée à Amaury Sport Organisation (ASO) pour avoir l’insigne honneur, l’immense plaisir et surtout l’incroyable chance d’accueillir le Tour de France fin juin 2021.   😉

Collectée par la Région Bretagne, la participation des collectivités territoriales – qui devra être versée à ASO pour moitié avant la fin 2020 – se monte à 3.600.000 euros répartis comme suit :

Collectivités territoriales Versements
Région Bretagne 696.000 €
Département du Finistère 300.000 €
Brest 840.000 €
Landerneau 144.000 €
Département des Côtes d’Armor 300.000 €
Perros-Guirec 96.000 €
Mûr-de-Bretagne 144.000 €
Département du Morbihan 300.000 €
Lorient 96.000 €
Pontivy 144.000 €
Département d’Ille-et-Vilaine 300.000 €
Redon 96.000 €
Fougères 144.000 €
Ensemble 3.600.000 €

Il ne s’agit là que du dessus de l’iceberg, car les charges des collectivités excèdent très largement le montant de ces très « modestes » versements.

La Région Bretagne a d’ailleurs elle-même déjà voté un crédit complémentaire de 400.000 euros pour l’achat de prestations de service « permettant la promotion du territoire » (comme par exemple la réalisation de films) et ne cache pas qu’il y a également par ailleurs à prévoir « les moyens permettant de prendre en charge les obligations en nature incombant à la collectivité hôte ».

En votant sa contribution, le Département d’Ille-et-Vilaine précise de son côté qu’il apportera en outre « un soutien logistique à l’organisation (sécurité, voirie) » et qu’il « accompagnera l’Agence de développement touristique (ADT) d’Ille-et-Vilaine dans la mise en avant » du territoire… sans autre précision (mais convenons que c’est joliment dit).

Tout ceci représente des sommes considérables : beaucoup en communication et en animations, mais beaucoup aussi en réfection de routes, raccordements techniques, aménagement de rues, location de barrières, panneaux d’information, organisation du stationnement, installations sanitaires, mise en place de déviations, mobilisation des polices municipales et des secours, mise à disposition de sites permettant le programme dit « d’hospitalité » (espaces nécessaires à l’organisation de diners et autres manifestations comme la présentation des équipes, le fonctionnement du centre de presse…), nettoyage après le passage de la caravane… et j’en passe.

Rien de tout cela n’est valorisé et, de l’avis des observateurs les plus sérieux, il ne fait pas de doute que ces « vrais faux frais » font largement plus que doubler la note.

Je ne serais donc pas surpris que le passage du Tour de France en Bretagne nous coûte en réalité, tout bien compris  – à nous les contribuables – pas loin de 10 millions d’euros.

Comment expliquer alors que, de leur côté, les collectivités territoriales n’opposent pas à ASO :

  • d’une part une redevance d’occupation du domaine public (routes et rues, aires de stationnement, locaux de réunion, de stockage, de communication, de manifestations diverses…)
  • d’autre part la juste rémunération de la mise à disposition de toutes sortes de moyens en personnel et en matériel

Points d’interrogation.

Mais il est vrai que les activités du Groupe Amaury seraient ainsi nettement moins profitables.

5 commentaires

  • Que vous êtes rabat-joie. Alors que toutes les communes sont en plein optimisme et paye la pose de belles guirlandes dans tout ce qui peut les supporter. Les lampadaires , les arbres, moins les sapins cette année. En provoquant des embouteillages car ce sont les emplacements les plus encombrés. Mais la gène d’aujourd’hui c’est pour le plaisir de demain. Comme ce député en marche (de gauche) qui concluait l’interview en mettant en avant l’importance de la réconciliation avec le flanc droit puisque dans les tribunes ils étaient cote à cote et soutenaient la même équipe, une preuve qui efface les divergences politique. !!! Ce besoin de « promouvoir sa région, sa ville, pour recevoir des nouveaux habitants ? pour des entreprises ? des subventions? c’est une compétition bien coûteuse et je me demande au service de qui sinon pour la « montée en popularité des élus » … la course au plus constructeur, plus sportif, plus fleuri … sur le dos de la piétaille, (une partie qui paye des taxes foncières , encore d’habitation , .)..

  • Du pain, et des jeux…
    Vous aurez le jeux… Pour le pain, il faudra sûrement attendre un peu… Et il y en aura moins…

  • Je pousse le bouchon un peu plus loin.

    Il n’existe aucune étude un tant soit peu sérieuse à ce sujet, mais les plus ardents tenants de la thèse des bienfaits du Tour pour le commerce local évaluent généralement les retombées économiques à environ 5 à 6 fois la mise.

    Soit dans le cas d’espèce environ 20 millions de chiffre d’affaires pour très vraisemblablement 10 millions de frais réels.

    Cela supposerait que la marge des commerçants soit en moyenne d’environ 50 % et on en est très loin.

    Je suis également très dubitatif en ce qui concerne l’impact du Tour sur la notoriété des territoires.

    Pensez-vous réellement que les 11 sites situés sur le territoire national qui ont accueilli le « Grand départ » ces 20 dernières années (à savoir : Vienne, Dunkerque, Paris, Fromentine, Strasbourg, Brest, le passage du Gois, Porto-Vecchio, le Mont Saint Michel, Noirmoutier et Nice) tiennent leur notoriété de la Grand boucle ?…

    A mon avis, tout cela n’est pas sérieux.

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.