Du pur Florian Bachelier

Download PDF

On vient d’apprendre que l’Etat ne fournira pas de masques aux élèves à la rentrée alors que le port en sera obligatoire toute la journée dans les collèges et les lycées.

Il parait que les Français doivent être davantage responsabilisés au moment où l’épidémie donne d’inquiétants signes d’accélération, et leur fournir gratuitement des masques n’irait pas dans ce sens.

« Il faut revenir à la notion de prise de responsabilité individuelle, défend un ministre qui a participé au conseil de défense. On ne paie pas des préservatifs à tout le monde, alors que le sida tue lui aussi ! Ce n’est pas à l’Etat de prendre en charge cette dépense, d’autant plus que la situation est amenée à durer. »

Question : mais alors pourquoi les masques sont-ils gratuitement fournis aux députés ainsi qu’à leurs collaborateurs depuis le mois d’avril au moins ?…

Sans rire, le député LREM de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine Florian Bachelier, qui est le premier questeur de l’Assemblée Nationale, nous explique que : « les députés et leurs collaborateurs ne sont pas des élèves : nous sommes dans un rapport d’obligation de sécurité du personnel » … « Il n’y a rien de gratuit, l’Assemblée nationale respecte simplement l’obligation juridique de protéger son personnel, de la même manière que les entreprises qui fournissent des masques à leurs salariés. »

Voilà donc tout-à-coup que nos 577 députés qui n’ont pas les moyens de s’offrir des masques sont considérés comme de vulgaires employés qu’ils ne sont pas et que leurs collaborateurs – dont ils sont personnellement les employeurs – sont considérés en la circonstance comme des employés de l’Assemblée Nationale alors qu’ils ne le sont évidemment pas.

Il faut une sacrée mauvaise foi pour prétendre que ce qui est vrai pour les 1.200 fonctionnaires du Palais Bourbon l’est aussi pour ces bénéficiaires.

Mais il n’y a pas de petits profits : c’est toujours ça qui n’est pas imputé sur l’indemnité parlementaire, ni sur les frais de mandat.

3 commentaires

  • Ah ah vous semblez étonné !! Moi je me demande jusqu’où va aller cette escalade d’incohérences ? Quand je pense que mon petit-fils devra porter un masque toute la journée et tous les jours de la semaine !!! C’est renversant et, à mon avis, parfaitement inutile !!

  • Avatar Michel Deshayes

    Je comprends bien qu’on ne puisse pas généraliser la gratuité du masque. Mais en ce cas, au sommet de l’État, on se doit à mon sens d’être solidaire de ceux qui doivent le payer. Non pas pour ce que ça coûte ou économise, mais pour le symbole. Parce qu’à la différence de ce qui se pratique dans les entreprises, il s’agit ici d’argent public.

    • J’y vois également une question de symbole, mais aussi une question de rigueur, de logique et de cohérence.

      Car l’argumentaire est fondé sur le Code du travail qui prévoit que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires « pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et morale des travailleurs » (article L. 4121-1).

      Or :

      – d’une part les députés ne sont pas salariés de l’Assemblée Nationale (ils ne touchent pas un salaire mais des indemnités, ce qui à bien des égards n’est pas innocent)

      – d’autre part leurs collaborateurs ne sont pas non plus des salariés de l’Assemblée Nationale (ils sont rémunérés sur frais de mandat, ce qui à bien des égards n’est pas innocent non plus).

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.