On n’est jamais assez vigilant

Sous la signature de son Président : Jean-Luc Chenut, le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine a publié hier après-midi sur son site internet un communiqué de presse consacré au coronavirus.

A l’examen des « propriétés » du document, on découvre que ce communiqué a été créé sous Word et converti au format Acrobat le 12 mars 2020 à 14h16 par une personne identifiée DHEDAN.

Reconnaissons que son « titre » ne manque pas de sel :

Et, pour ne rien cacher, voici ce titre dans son intégralité : « Mme Le Callennec n’a pas du fréquenter les mêmes bancs de l’école publique que moi, où l’on apprenait pourtant à ne pas mélanger et comparer de manière simpliste des choux avec des carottes ».

Juste avant que l’on ferme les établissements scolaires, je vous laisse méditer sans rire ces savoureux propos de cour d’école.

😉 😉 😉

Pour mémoire : Isabelle Le Callennec est la Présidente du groupe minoritaire au Conseil départemental.

S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Patrick Jéhannin
Patrick Jéhannin
2 années il y a

Amusant : le Conseil départemental suit toujours très attentivement mes publications.

J’ai publié ce 13 mars à 13h21.

Le communiqué a été modifié ce 13 mars à 14h56 :

Et son adresse a été changée pour celle-ci.

evelynebigot
evelynebigot
2 années il y a

Rennes, le 14 mars 2020

Merci Monsieur Jéhannin d’avoir relevé cette « erreur » indigne, bien sûr, d’un élu d’un tel rang !

J’ai donc lu le communiqué du conseil départemental avec attention, et je me félicite que cette instance se préoccupe du sort des structures et associations durement impactées par les nouvelles mesures dues à la crise sanitaire.

Et j’ai, à mon tour, relevé une erreur, de français cette fois-ci, dans le texte. Dans le neuvième paragraphe, ainsi rédigé : « A cette fin, je proposerai à l’Assemblée départementale lors de la session d’avril, la création d’un fond de soutien exceptionnel. », il fallait bien sûr écrire « fonds » avec un « s » ! A moins que nos chers élus aient déjà anticipé que cette aide puisse devenir un puits sans fond…