2 commentaires

  • MARTIN

    Les multiples exemples que tu relèves et que je ne cherche même plus à épingler montrent bien que c’est un terme à géométrie variable, à l’orthographe approximative comme celle de la majorité des lycéens aujourd’hui. C’est un peu comme si c’était une blague de potaches qui pratiquent l’écriture phonétique car ils ne connaissent pas l’origine ni vraiment la signification des mots qu’ils emploient. On se demande bien si les élus qui ont prétendument voté pour l’adoption de ce « gentilé » savaient et savent ce qu’il signifie (composé de Bret qui renvoie à Bretagne et à ILLE qui désigne, comme chacun sait la seule grande rivière qui arrose le département. Et la Vilaine ? Quelle Vilaine ? Elle est trop « vilaine » dirait Mr DELANOE qui, pourtant fréquente le « ROAZHON PARK » situé au bord de la Vilaine…

    Où trouve-t-on ce terme aujourd’hui : dans le magazine du conseil Général qui, ce n’est pas un hasard s’appelle Nous,Vous ILLE..; dans les pages départementales d’OF et dans les pages sportives du même journal où les rédacteurs s’emmêlent les pinceaux puisqu’ils appliquent le qualificatif tantôt à l’une, tantôt à l’autre équipe quand 2 équipes du département s’affrontent dans la même compétition si bien qu’on ne sait plus au bout de quelques lignes qui a marqué ! Il est vrai qu’on ne demande pas à ces rédacteurs d’être les héritiers de Jean LACOUTURE… On serait en droit d’attendre un peu plus de rigueur du Président du Conseil Départemental. Mais son prédécesseur n’a pas dû bien lui expliquer en lui donnant les clés de la maison

    • Et je ne pointe ici qu’un exemple de temps en temps (j’en ai par ailleurs une assez belle collection, à disposition par exemple de qui se lancerait un jour dans des travaux universitaires sur le sujet)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.