Un truc fañchement ridicule

Alors comme ça… en dépit de la Constitution, des lois, des règlements et de l’avis de l’Académie française, une collectivité territoriale (le Conseil général d’Ille-et-Vilaine) pourrait baptiser les habitants d’un département d’un nom qui n’existe pas, qu’ils n’ont pas demandé et qu’il leur enjoint de prononcer comme il ne s’écrit pas… alors que, sur la base d’une simple circulaire adressée aux officiers d’état-civil, une autre collectivité territoriale (la ville de Quimper) serait obligée de refuser un prénom on ne peut plus « François » au seul motif qu’il présenterait à l’écrit un petit zizi là où il ne faudrait pas ?…

A une époque où les claviers numériques sont en train de prendre « la main » sur ces questions qui sont fañchement du siècle dernier, je trouve que c’est fañchement tout aussi ridicule du point de vue de la reconnaissance d’une langue minoritaire