3 commentaires

  • MARTIN Daniel

    C’est là que l’on voit que les inventeurs de l’appellation n’ont pas d’oreille. Sur le simple plan phonétique il y a peu de différence entre préfet bretillien et préfet reptilien. De là à ce que l’on accuse le préfet du département de pratiques sinueuses ou sournoises comme celles d’un serpent. A sa place je porterais plainte contre les initiateurs d’une telle appellation génératrice d’ambiguité !

  • Michel Deshayes

    Le préfet d’Ille et Vilaine ne saurait appartenir à la Brétillie puisqu’il est le représentant de l’État dans le département.

  • Je vois que vous êtes l’un et l’autre très vigilants… 😉

    Je vous admire d’autant plus que vous avez pris soin d’écrire : le préfet.

    Car, vérification faite, si l’on doit écrire : le Président de la République ou le Premier ministre, on doit écrire en effet : le ministre, le préfet, le directeur, etc…

    Pour être complet, il paraît que si l’on s’adresse à l’une de ces personnes, le titre doit être considéré comme incorporé à la formule de civilité et par conséquent prendre une majuscule.

    Ainsi, on doit écrire dans l’adresse, la formule d’appel ou la formule de politesse : Monsieur le Préfet.

    Notre langue est subtile et mérite bien d’être respectée !…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.