NDDL : la question qui tue (les voisins)

Voici une question que l’on peut légitimement se poser aujourd’hui : en dehors du Président du Conseil départemental de Loire-Atlantique, les Présidents des autres Conseils départementaux compteraient-ils pour du beurre ?… L’avenir nous le dira.Psdts_CD_voisins

Communiqué de Jean-Luc Chenut ( Parti socialiste, Ille-et-Vilaine), le 17 février 2016 :

« Si la consultation annoncée doit aller à son terme pour fonder une décision au plus haut niveau de l’Etat, urgente désormais, il convient qu’elle soit conduite sur un périmètre en rapport avec les enjeux du dossier. A ce titre, les habitants de l’Ille et Vilaine doivent eux aussi pouvoir s’exprimer sur un dossier qui les concerne très directement. »

Tribune co-signée par François Goulard (Les Républicains, Morbihan), Olivier Richefou (UDI, Mayenne), Christian Gillet (UDI, Maine-et-Loire) et Yves Auvinet (DVD, Vendée), le 19 février 2016  :

« Si une consultation locale devait être organisée, ce qui me paraît pour le moins hypothétique, il conviendra alors obligatoirement que les départements limitrophes soient intégrés dans son périmètre »

 

S’abonner
Notification pour
guest

17 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Camille S
Camille S
6 années il y a

ça réagit mais cherchez l’erreur, l’Ile et vilaine est bien limitrophe. Il semble que la liste ne concerne que ceux qui voteraient comme la Loire atlantique car avec 29; 22 et 35, sans doute pas la même ?http://www.angersmag.info/Notre-Dame-des-Landes-la-tribune-des-presidents-de-Departements-limitrophes_a11934.html

Supervielle
Supervielle
6 années il y a

Je pense que ce sujet dépasse les limites d’un département où même d’une région. C’est un vrai sujet de société. D’ailleurs à la dernière manifestation à NDDL il y avait des gens de la France entière. Il faut arrêter de bétonner partout et laisser les agriculteurs vivre et nous nourrir.

hery olivier
hery olivier
6 années il y a

La région Bretagne est partie prenante dans le débat, car c’est tout de même bien sa population qui représente la plus grande part de voyageurs au départ de Rennes et Nantes actuellement et surtout quel avenir prête-t-on à Brest, Lorient,Vannes , Lannion et Saint-Brieuc…? Déshabiller Paul pour habiller Pierre….on connaît la chanson, résultat assuré :c’est toute la Bretagne et ses infrastructures aéroportuaires qui va en payer le prix .On préfère un désastre « grand projet » que des aménagements raisonnés à l’échelle d’un territoire! Surtout quand on considère que 20% au maximum de la population française prend régulièrement l’avion…On se contrefiche de l’opinion des 80% qui ne prennent que rarement l’avion mais qui vivent au coeur de nos régions!

Alan Gwenn
Alan Gwenn
6 années il y a

J’ai pris l’avion une fois, vers 1980 , pour aller au Pays de Galles : Dinard Jersey, Jersey Cardiff. Aujourd’hui ce serait impossible, m’a-t-on dit.

Pilou
Pilou
6 années il y a

Et qui votera ce référendum ? Les inscrits ou chaque citoyen ?

Algo-rythme
Algo-rythme
6 années il y a
Répondre à  Patrick Jéhannin

La dernière « expression publique » de notre bon Président Départemental est un chef-d’oeuvre de « faux-culterie ».

Mathias Jean-Pierre
6 années il y a
Répondre à  Patrick Jéhannin

François Goulard, président (LR) du conseil départemental du Morbihan… envisage d’organiser une consultation locale… le même jour que celle prévue en Loire-Atlantique… Il a sollicité à cet effet ses homologues de Mayenne, du Maine-et-Loire et de Vendée…
Il ne dit rien de l’autre département limitrophe de Loire-Atlantique… Mais c’est peut-être du au fait que la Bretilie soit difficile à identifier ! ! !…

Fws
Fws
6 années il y a

Le low-cost creuse les écarts entre aéroports régionaux
Transport aérien
Publié le vendredi 13 février 2015

La direction générale de l’Aviation civile (DGAC) soumettra bientôt à Bruxelles ses propositions. « Il y a de l’ordre à mettre pour que nos aéroports puissent pleinement se développer. Actuellement, cela est pensé de façon trop hiératique, sans forcément de justification sur le plan économique. Avec la réforme de décentralisation, les aéroports ont fait leur mue. Il reste aux collectivités concernées à engager une réflexion sur leur utilité, leur densité d’implantation et les investissements qu’elles veulent y réaliser », conclut Jean-Michel Vernhes.

Aides aux ports et aéroports : la Commission lance une consultation
Europe
Publié le mardi 8 mars 2016
La Commission européenne envisage d’exempter de notification les aides aux investissements dans les ports et aéroports de moins de 3 millions de passagers.

Concrètement, l’exemption concernerait tous les aéroports dont le trafic est inférieur à 3 millions de passagers par an. Soit la quasi-totalité des aéroports régionaux français. En effet, seuls 10 aéroports ont un trafic supérieur : Roissy, Orly, Nice, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux Mulhouse, Nantes, Beauvais. Les aides ne peuvent être accordées à un aéroport situé à moins de 100 km ou à moins d’une heure de transport par voiture, bus, train ou TGV d’un autre aéroport, précise le projet de modification du règlement. Une dérogation est cependant prévue pour les tout petits aéroports de moins de 50.000 passagers par an.

JB Courso
JB Courso
6 années il y a

Peut-on se fier à cette information qui dit que la DGAC a fait une étude en manipulant les chiffres ?http://www.politis.fr/articles/2016/02/notre-dame-des-landes-une-grandiose-arnaque-a-700-millions-deuros-34071/