Je suis Breton par intuition

Download PDF

Un petit extrait du Mensuel de Rennes n° 67, qui sera en kiosque demain matin :

Le_M_de_R

On vous connaît pour votre combat obstiné contre la création par le conseil général de l’appellation « bretillien ». Pourquoi tant de hargne ?

Je ne m’oppose pas tant au nom qu’à la démarche. C’est un déni de démocratie. Comment accepter qu’on vous « nomme » sans vous demander votre avis ? Que 38 personnes (nombre d’élus du conseil général ayant voté en faveur de cette appellation, en juin 2013, NDLR) décident pour un million d’habitants ? Le tout à l’issue de manœuvres qui, pour les unes, ne sont pas acceptables d’un point de vue du fonctionnement de la démocratie et, pour les autres, constituent des irrégularités au sens juridique.

J’ai des éléments à profusion. J’ai publié environ 420 billets sur le sujet ! La décision est truffée de vices de forme et de fond. La langue appartient au peuple, pas aux décideurs. Quand les décideurs s’en emparent, ça devient de la novlangue ! Mon positionnement n’est pas politique, mais citoyen.

Finalement, vous y êtes attachés à ce territoire ?

Bien sûr ! Je suis rennais d’origine. De souche. Pur jus. Et je suis toujours resté Rennais. C’est un choix. Il n’y a pas de quoi être fier…

Pourquoi ?

Je me méfie des fiertés. Il y a d’autres voies pour dire son attachement au territoire. Mais je suis rennais, oui, avec plaisir. Je me sens aussi Breton par intuition, par plaisir. Plus au sens culturel qu’administratif.

« J’adore le métissage en général ! J’en reviens à l’identité : je me sens Rennais, Français, et aussi Breton. Mona Ozouf disait que l’identité, ça se compose. Je suis donc aussi Européen. Et surtout Moldave ! Bien plus que Bretillien ! »

Un commentaire

Laisser un commentaire