Un département… hé hé… hé hé… c’est heu…

Download PDF

Faute d’avoir obtenu le ralliement de son invitée, qui vient de se déclarer spontanément et sans ambiguïté bretonne, et après avoir pourtant prononcé 3 fois le mot Brétillienne dans les 30 premières secondes de l’émission éponyme (suivant 4 fois l’affichage du mot dans les 20 secondes du jingle de présentation), l’animatrice réussit à lui faire dire la 4ème fois – à peine 10 secondes plus tard – qu’elle « aime bien le mot ».

Car nous sommes à l’évidence en présence de quelqu’un de bien élevée… 😉

Il est vrai que je la voyais mal commencer l’émission en crachant dans la soupe.

Ça ne se fait quand même pas quand on est invitée, et « bien aimer le mot »… il est vrai qu’à la réflexion on peut dire que « ça ne mange pas de pain ».

Ça me rappelle furieusement l’interview dans lequel Erik Orsenna s’était fait téléphoniquement piéger l’an passé, avant de réussir à tourner l’histoire en dérision quelques semaines plus tard.

Sur le fond : je vous invite à observer la distance dont Gwennyn a su faire preuve, avec beaucoup de sang-froid, elle qui est née à Rennes et qui ne manque pourtant pas de se souvenir de ses années à la Fac :

  • « vous êtes d’Ille-et-Vilaine » (comprenez bien : pas moi)
  • « mais, comme c’est un département… hé hé… hé… hé… c’est heu… »

Le mieux était en effet de ne pas trop s’apesantir sur la question, puisque l’on sait son engagement constant et prononcé pour une Bretagne réunie, dotée d’une Assemblée de Bretagne se substituant aux assemblées départementales.

Il m’étonnerait d’ailleurs beaucoup qu’après avoir entonné ce soir le « Bro goz ma zadoù » au stade de la route de Lorient en ouverture du derby breton, il lui vienne tout-à-coup l’idée d’entonner je ne sais quelle hymne à la Brétilie. 😉

Pub :

Laisser un commentaire