Un train de retard

Je ne vois personne pour saluer l’immense courage politique du député LREM Florian Bachelier, qui a attendu qu’un journaliste lui pose une question concernant le député LREM Mustapha Laabid, pour déclarer haut et fort que : « tout acteur public » (définitivement) « condamné doit démissionner immédiatement ».

Alors que ce n’était pas facile…   😉

Moi je le fais pour rire, en faisant observer au premier questeur de l’Assemblée Nationale :

  • Que le temps passe puisqu’il y a déjà un mois que Mustapha Laabid a été définitivement condamné pour abus de confiance, et plus sévèrement encore en appel qu’en première instance
  • Que Mustapha Laabid n’a pas attendu le rejet de son pourvoi en Cassation pour faire expressément savoir que – quoi qu’il en soit – il finirait son mandat « par la porte ou par la fenêtre » (nananère)
  • Que si Mustapha Laabid n’est plus membre du groupe « La République en Marche » de l’Assemblée Nationale depuis quelques jours (sans que l’on sache s’il a démissionné ou s’il en a été radié), il a pu s’y apparenter aussitôt avec l’accord formel du Président du groupe, Christophe Castaner
  • Que de ce fait, Mustapha Laabid est immédiatement (re)devenu membre de droit de l’association de gestion du groupe « La République en Marche » déclarée à la préfecture de police de Paris sous l’appellation « Groupe La République en Marche ! de l’Assemblée Nationale » (voir les statuts ci-joints, et notamment l’article 5)
  • Qu’au stade où nous en sommes, il ne s’agit évidemment plus d’inviter Mustapha Laabid à démissionner par voie de presse, à fortiori en ménageant par ailleurs la fin de son mandat… mais de faire constater sa déchéance dans le respect de la séparation des pouvoirs, comme prévu à l’article 26 du code électoral
  • Qu’en raison justement de la séparation des pouvoirs, la déchéance de Mustapha Laabid nécessite une décision du Conseil Constitutionnel, prise sur simple requête
    – soit de son ami, le Président (LREM) de l’Assemblée Nationale Richard Ferrand qui, de son côté, n’est pas sorti de ses ennuis judiciaires
    – soit de son autre ami, le sulfureux Garde des Sceaux Dupont-Moretti, actuellement embourbé dans une affaire de prise illégale d’intérêts
    – soit du Ministère public auprès du Parquet ayant prononcé la condamnation, c’est-à-dire d’un Procureur (en l’occurrence, le Procureur de la République auprès de la Cour d’Appel de Rennes) dont l’indépendance de l’exécutif, c’est-à-dire du Garde des Sceaux, est – comme chacun sait – bien loin d’être absolue.

Sinon, tout va bien.     😉

Pour aller plus loin : vous trouverez ici mes contributions (plus de 80) concernant l’affaire Mustapha Laabid, qui est encore bien plus croustillante qu’il n’y parait à première vue.

Un commentaire

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.