Pour une claque, c’est une claque !…

Download PDF


(visuel emprunté au Télégramme)

 

Mercredi 4 mars 2020 – 14h43, Ouest-France publie un article de Yann-Armel Huet, illustré par un visuel de la profession de foi de Carole Gandon qui va être très prochainement distribuée dans les boites-aux-lettres des électeurs :

« Sur ce document, Carole Gandon pose en photo entourée du Président de la République et de Jean-Yves Le Drian. Pas un montage, assure Olivier Dulucq, colistier de la candidate et, par ailleurs, conseiller de Richard Ferrand (le président de l’Assemblée nationale). Cette photo a été prise la semaine dernière. Un texte qui a été validé par Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian et Carole Gandon accompagne cette photo. Sous l’image, on lit en effet : Retrouvons l’audace bretonne qui a tant porté Rennes par le passé. Rompons avec un système à bout de souffle. Changeons les visages autant que les usages. Pour, ensemble, révéler Rennes, capitale de la Bretagne. »

Mercredi 4 mars 2020 – 14h57 (14 minutes plus tard), Le Télégramme publie un article de Philippe Créhange, illustré du même visuel exactement :

« Sous ce cliché sur fond bleu, pris il y a une semaine, un verbatim : « Retrouvons l’audace bretonne qui a tant porté Rennes par le passé. Rompons avec un système à bout de souffle. Changeons les visages autant que les usages. Pour, ensemble, révéler Rennes, capitale de la Bretagne ! » Une phrase évidemment validée par les trois intéressés avant publication. »

Mercredi 4 mars 2020 – 20h13, France 3 – Régions publie un article de Thierry Peigné :

« La photo, prise « il y a quelques jours, sur un temps privé » selon Carole Gandon (sans vouloir préciser le lieu et la date), n’est pas une photo montage, tient à ajouter un de ses colistiers. Ce dernier précise que le texte accompagnant la photo a été validé par Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian. »

Jeudi 5 mars 2020 – 17h14, Le Télégramme écrit sous la plume de Philippe Créhange :

« Si le ministre a bien accepté d’apparaître en photo sur la profession de foi de la candidate de la République en Marche à Rennes, il réfute une citation présentée comme commune à Carole Gandon, Emmanuel Macron et lui-même. » …/… « Les seuls propos qui pourront m’être attribués à Rennes, comme ailleurs, seront ceux que je tiendrai publiquement. J’ai trop d’affection pour cette ville pour que ne soit entretenue une polémique »

Jeudi 5 mars 2020 – 18h21, Ouest-France publie, sous la plume de Yann-Armel Huet, l’extrait d’un communiqué de Jean-Yves Le Drian :

« Par la publication d’une photo avec le Président de la République, j’ai apporté mon soutien à la liste menée par Madame Carole Gandon, la seule qui se réclame de la majorité présidentielle à Rennes. Cependant, à ce jour, je ne me suis pas exprimé sur la campagne municipale, ni sur les contenus programmatiques. »

« Dans son entourage, on confirme que le ministre a piqué une vraie colère. Car si la photo prise aux côtés d’Emmanuel Macron et de Carole Gandon est bien réelle et qu’il en a accepté le principe, jamais il n’a été informé qu’une citation commune devait l’accompagner.

Jeudi 5 mars 2020 – 20h34, Ouest-France renchérit sous la plume de Didier Gourin :

« Jean-Yves Le Drian n’aime pas qu’on lui force la main. »

4 commentaires

  • Avatar Lang-Bringer Anne

    Bing ! Même entre eux ils s’emmêlent les pinceaux !

  • Avatar Michel Deshayes

    Que d’erreurs commises dans cette campagne de Carole Gandon, à trop vouloir dénigrer comme au temps de l’ancien monde

  • Avatar evelynebigot

    Elle fait quoi avec sa main droite, la péronnelle ? De toutes façons, quoi qu’elle fasse, elle est foutue, et elle doit commencer à le sentir. C’est sans doute pour ça qu’elle a pris le train pour aller faire cette photo avec le petit président et le ministre des trahisons !

    • Avatar Patrick Jéhannin

      Dans un premier temps, j’ai été tenté de déposer un commentaire du même ordre, qui aurait été plus précisément : « en voilà une qui a le bras long !… » Mais, craignant qu’il ne soit jugé sexiste, je m’en suis bien gardé.

      Dans un second temps, après avoir attentivement analysé le « détourage » effectué pour autoriser ce qui a été présenté sous les portraits comme une citation (vivement contestée par Jean-Yves Le Drian), j’ai conclu qu’il ne fallait y voir qu’une maladresse du graphiste.

      Ce visuel est vraiment au summum du ridicule.

Tous commentaires ici bienvenus

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.