Les langues se délient

Le journal Sud-Ouest a publié hier soir, 8 juin 2022, un article très intéressant intitulé :

Souffrances au travail : à l’Assemblée nationale aussi,
la parole des collaborateurs parlementaires se libère

Je ne permettrai pas de le publier intégralement ici, mais en voici quelques extraits :

Remaniements incessants des équipes, licenciements et ruptures conventionnelles en nombre, accusations de harcèlement : certains députés ont mené la vie dure à leurs employés. Les syndicats et le déontologue de l’Assemblée nationale plaident pour un encadrement resserré … « L’omerta est finie, et c’est tant mieux. » … Désormais, c’est aussi à l’aune de leur comportement d’employeurs que les parlementaires sont scrutés … Une liste noire des députés ? Certains députés ont atteint des taux de rotation dignes d’une start-up de livraison à domicile. D’après les données agrégées par le site Nosdeputes .fr, Laurence Maillart-Méhaignerie (LREM) a par exemple usé pas moins de 29 collaborateurs. Le questeur Florian Bachelier en a employé 28. … Pour prévenir les situations conflictuelles, l’association des collaborateurs progressistes distribue désormais à ses membres un « harcélomètre », outil d’auto-évaluation des dérives des députés-employeur.

(source)

*****

NDLR : pour approfondir le sujet, j’ai réuni ICI toutes mes contributions concernant Florian Bachelier (plus de 80 à ce jour).

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.