La citation du jour

Le flamboyant député de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine, Florian Bachelier vient (seulement) de confirmer sa candidature à sa succession, par voie d’un communiqué de presse dont le quotidien Ouest-France du 9 mai n’a pas manqué de faire état.

Il a convoqué pour l’occasion un certain Gramsci, philosophe et membre fondateur du Parti communiste italien, dans les termes convenus : « Les crises sont ces moments où l’ancien se meurt et où le nouveau peine à naître. Et d’ajouter que dans ce clair-obscur naissent les monstres ».

Suivez son regard.

Devant tant d’érudition, on se sent vraiment tout petit.   😉

Mais en creusant un peu, on s’aperçoit qu’il n’y a guère de personne publique qui n’ait usé ces dernières années de la même formule du même auteur : de Pierre Moscovici, qui en a fait le titre du bouquin qu’il a publié en janvier 2018 à Walid Boukari, l’Ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Liban, en passant par le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly, le polémiste Eric Zemmour, ou encore Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira, Marion Maréchal, etc…

Du coup, au cas où elles lui serviraient, j’ai quelques lectures à conseiller à Florian Bachelier :

  • « Antonio Gramsci, nouveau mentor de la droite de la droite ?» (Michel Eltchaninoff sur Philosophie Magazine – décembre 2015)
  • « Pourquoi citent-ils tous Gramsci ?» (Gaël Brustier sur Slate – janvier 2017)
  • « Citer Gramsci vous donne un air de profondeur à bon compte» (Rémi Noyon sur Bibliobs – juin 2018)
  • « Tout le monde se dit Gramscien mais personne ne sait de quoi il parle» (Romain Descendre et Jean-Claude Zancarini sur LVSL – juin 2021)

J’ai aussi une petite visite au Musée des Beaux-Arts à lui suggérer…   😉

Et puis après tout ça, on reparle des monstres ?…

4 commentaires

  • Michel DESHAYES

    C’est marrant, je disais justement cette citation de Gramsci à ma concierge ce matin alors que le local à poubelles était à moitié éclairé.

  • Lorsque l’on cite, c’est que l’on est en manque d’idées…
    C’est souvent « cosmétique » ! (Je doute qu’il ait lu la moindre page de Gramsci vu son CV…)
    Ou alors on poursuit son discours pour illustrer son usage et l’approfondir dans la situation qui l’a amenée à être reprise pour justifier sa nouvelle pertinence…
    J’aime bien celle-ci, qui est bien plus profonde : « Penser, c’est penser à ce qui n’a pas encore été pensé »…
    Vous avez 4 heures ! 😉

  • Quel à Propos ! Il fallait y penser… lui renvoyer dans les gencives ce magnifique tableau de Georges de La Tour chef d’oeuvre du clair obscur et qui évoque la Nativité ! Je suis admiratif. Mais notre cher Questeur est-il capable d’apprécier l’Humour ?

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.