Pourquoi se gêner ?…

On apprend ces jours-ci que, suite à un rapport interne la mettant gravement en cause, la députée LREM Coralie Dubost a été convoquée par la déontologue de l’Assemblée Nationale pour la gestion de ses collaborateurs et l’utilisation de ses avances de frais de mandat.

Je suis très étonné que cette question ait toujours laissé insensible le sémillant premier questeur, Florian Bachelier, qui se présente pourtant comme étant le premier garant du bon usage des fonds alloués à la représentation nationale.

Alors même que le Président de la République en personne s’est fait hier un devoir d’écarter publiquement la candidature de Coralie Dubost aux prochaines élections législatives…

De leur côté, certains syndicats de collaborateurs font observer que Coralie Dubost a «usé» 15 collaborateurs depuis 2017 et font valoir qu’un turnover aussi important dans une équipe parlementaire devrait être considéré comme un «signal d’alerte» dont devrait se saisir l’Assemblée et le groupe politique du député concerné.

Du coup, je serais curieux de savoir ce qu’il faut penser de la gestion des collaborateurs de Florian Bachelier qui en a recruté 28 pendant la même période : un record qu’il partage avec moins de 1 % de ses collègues puisque leur nombre tient sur les doigts de la main.

Et je me demande alors comment le déontologue de l’Assemblée pourrait considérer certains recrutements que je crains de complaisance ou bien encore le tout dernier en date.

Dans la perspective des élections législatives, Florian Bachelier s’est en effet permis d’embaucher en qualité de collaborateur parlementaire – sur son avance de frais de mandat et par conséquent hors frais de campagne – le référent des « Jeunes avec Macron » pour l’Ille-et-Vilaine (JAM35).

Convenons à minima que tout le monde ne peut pas se permettre d’en faire autant.

S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
MOUNIER
MOUNIER
7 mois il y a

ET QUID DES COLLABORATEURS DE MUSTAPHA LAABID ?

P. Jéhannin
7 mois il y a
Répondre à  MOUNIER

Ce que j’en sais, c’est que, contrairement à Florian Bachelier qui a eu 28 collaborateurs, Mustapha Laabid n’en a eu que 8… parmi lesquels :

  • M. Pierre-Yves Ollivier, qui était précédemment collaborateur parlementaire du député PS Marcel Rogemont
  • Mme Hind Saoud, conseillère régionale qui a démissionné de son poste auprès de Mustapha Laabid au moment de sa condamnation en première instance
  • M. Abdelghaffar Arrab, qui est devenu collaborateur parlementaire de Florian Bachelier après la démission de Mustapha Laabid
  • Mme Sarah Adel, qui m’a dit avoir été « prêtée » à Mustapha Laabid par la député franco-marocaine Fiona Lazaar, avant de préciser que cela voulait dire « mise en relation » pour être à temps partiel auprès de chacun d’entre eux dans l’attente d’un emploi à plein temps qui n’est jamais venu.