La bonne blague !…

Je m’aperçois que, sur son site internet, Florian Bachelier a drastiquement réduit les pages consacrées au bilan de la questure, qui lui tient pourtant à cœur en qualité de premier questeur.

Et j’observe que pour justifier les résultats de son action en faveur d’une Assemblée Nationale responsable et économe… une Assemblée Nationale exemplaire, il s’en tient à l’illustration suivante :

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Je me répète : je suis profondément choqué par une communication aussi fallacieuse.

  • C’est d’abord clairement de la poudre aux yeux, puisque c’est depuis 2012 – et non depuis 2017 – que : « pas 1 € de plus (n’est) demandé aux Français » pour couvrir les dépenses de l’Assemblée Nationale. C’est en effet par une décision de principe prise au début de la XIVème législature que la dotation de l’Etat a été fixée à 517,89 M€. Et c’est sans mérite aucun qu’elle est constamment restée à ce niveau, puisque cette dotation était et est encore si largement surdimensionnée que l’Assemblée Nationale (qui n’a jamais manqué depuis 10 ans, sinon je crois qu’on le saurait) dispose encore aujourd’hui d’un important bas de laine.
  • Ensuite, afficher que le « coût de l’Assemblée Nationale (s’élève à) 0,02 € par jour et par Français» (nouveaux-nés compris !…) est une manière pour le moins légère, et à mon humble avis particulièrement trompeuse, de présenter la réalité qui est que chaque foyer fiscal imposé aura de ce simple fait déboursé pour la chose la coquette somme de 150 € depuis le début du quinquennat… Puisque c’est très exactement ce que cela veut dire en bon français.
  • Et surtout : prétendre que l’Assemblée Nationale aurait réalisé « 96,2 millions d’économies depuis 2017» est assurément l’une des plus belles fourberies dont j’ai pu être témoin en matière financière depuis environ 50 ans. Il s’agit là d’une somme d’écarts entre des prévisions méthodiquement sur-évaluées depuis toujours (ça ne mange pas de pain) et des constatations réalisées en fin d’exercice… Je l’ai amplement démontré par ICI (clic), par ICI (clic), par ICI (clic) ou encore par ICI (clic) par exemple, et je peux le refaire si utile.
  • En réalité, il suffit de se rendre sur le site de l’Assemblée Nationale pour le constater (clic) : hors impact du renouvellement consécutif aux élections de 2017 (38 M€), les dépenses invoquées par Florian Bachelier ont concrètement diminué de 3,5 M€ en 2018, réaugmenté de 3,7 M€ en 2019, diminué de 6,3 M€ en 2020 et réaugmenté de 7,9 M€ en 2021.
  • On y voit aussi que, par rapport aux dépenses constatées en 2021, il est prévu que les dépenses de l’Assemblée Nationale augmentent en 2022 de 60,23 M€ pour être portées à 608,73 M€ (dont 34,5 M€ dûs au renouvellement).

Oui, j’ai horreur d’être pris pour un imbécile et j’accuse le député de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine, Florian Bachelier de se livrer à une véritable escroquerie intellectuelle.

Pardonnez-moi d’avoir longuement pratiqué les finances publiques.

Je veux bien admettre que de 2017 à 2022, l’Assemblée Nationale aura été heureusement « responsable », mais il est clair que – du point de vue financier – elle n’aura certainement été ni « économe » ni « exemplaire »… comme il le prétend sur son site internet, sur les plateaux de télévision et dans tous les médias pour se mettre en valeur en abusant les électeurs.

De tels mensonges intentionnellement répétés ne sont pas dignes d’un élu de la Nation.

PS : je suis bien évidemment prêt à corriger sans délai toute information qui serait factuellement erronée. J’ajoute que ce que j’écris-là n’a aucun rapport avec mes convictions partisanes. C’est de mon point de vue une pure question de déontologie. Je pèse mes mots et je suis prêt à en répondre devant toute personne et devant toute instance qui serait susceptible – amiablement ou non – de m’y inviter.

8 commentaires

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.