Allez, encore un petit effort

Ouest-France, qui est décidément tout sauf un média d’investigation, vient de titrer ceci :

« Pleudihen-sur-Rance : imbroglio autour du médecin non-vacciné »

Allons, allons… il n’y a pas d’imbroglio juridique.

La procédure (clic) est parfaitement claire : elle fait intervenir l’Assurance Maladie, l’Agence régionale de santé et le Conseil national de l’ordre des médecins.

Madame le docteur Françoise Van Dien, qui est médecin homéopathe, la connait très bien.

Ce serait d’ailleurs dommage que la conseillère municipale de Pleudihen-sur-Rance depuis 2008 puisse l’ignorer… alors qu’elle est déléguée aux affaires sociales et à la solidarité.

Voici ce que rapporte le site Boulevard Voltaire le 23 octobre 2021 :

 « Un courrier recommandé du Conseil de l’ordre l’attend au bureau de Poste. Elle ne souhaite pas aller chercher ce qui pourrait être sa lettre de radiation »

D’après moi, devant la mauvaise foi, il y a toujours la solution du pli porté par huissier.

3 commentaires

  • Michel Deshayes

    C’est bien ce médecin, homéopathe, qui dit faire « confiance à son immunité » ?

    • Oui, elle n’en rate pas une !…

      L’assurance-maladie la classe : « médecin généraliste – homéopathe en mode d’exercice particulier »… sachant qu’un médecin ayant un mode d’exercice particulier est par définition et très officiellement un médecin dont la spécialité n’est pas reconnue par la Sécurité sociale.

      C’est aussi celle qui a déclaré : « Tant que je ne pars pas en garde à vue entre deux gendarmes, je ne vois pas ce que ça veut dire être réputée suspendue » ou bien : « J’ai encore du mal à comprendre ce que c’est que ce terme suspendu. Ça rappelle un peu les pendus à la Lanterne ».

      Rien que ça !!!…

      Et elle n’a jamais peur de ses incohérences.

      Tout en prétendant par exemple : « Je porte la cause de tous mes collègues soignants, vraiment », elle n’hésite pas à rapporter dans la foulée qu’elle est en froid avec ses collègues : « A l’heure actuelle, je suis très mal vue à la maison médicale, en tous cas je suis ignorée… Je ne veux pas dire que je reçois des colibets, je ne reçois rien du tout… même pas un bonjour le matin quand je m’en vais… quand j’arrive et… ni avant, le soir. » (sic : désolé si c’est un peu confus)

    • C’est la même qui n’a pas hésité à déclarer face à la caméra le 23 octobre : « Mon tempérament me porte à ne pas faire confiance à ce que je ne maitrise pas dans la connaissance »

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.