Mais qui dit femme ?…

Christophe Grebert est un journaliste ayant dénoncé un certain nombre de pratiques des maires bien connus de Puteaux : Charles Ceccaldi-Raynaud, puis Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui ont été condamnés dans le passé et restent aujourd’hui mis en cause dans plusieurs vilaines affaires.

Le 27 février dernier, ce journaliste a révélé être l’objet d’une plainte avec constitution de partie civile de la part du député de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine, Florian Bachelier, pour avoir commis sur Twitter le 9 octobre 2019 le délit de diffamation publique envers un citoyen chargé d’un service ou d’un mandat public. Il attend une audience devant la 17ème chambre du tribunal de Paris, qui pourrait ne se tenir qu’en 2023.

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Or, le 9 octobre 2019, aucun tweet susceptible d’avoir un rapport avec ce sujet n’ayant été supprimé, je ne vois que le tweet ci-dessous (à gauche) qui soit susceptible d’être incriminé :

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Florian Bachelier n’aurait pas apprécié que Christophe Grebert relaie un article du quotidien Ouest-France issu d’une déclaration du premier secrétaire fédéral du parti socialiste d’Ille-et-Vilaine (ci-dessus, à droite).

Mais quelque chose m’étonne.

Dans le tweet en cause : c’est clairement à Carole Gandon que Christophe Grebert s’en est pris et c’est curieusement son compagnon Florian Bachelier qui en prend ombrage.

Christophe Grebert précise être malheureusement habitué à ces « plaintes baillons dont le but est d’agir comme une censure ».

J’aimerais tout simplement bien comprendre.

Qui pourrait m’éclairer ?…

9 commentaires

  • erwann

    Techniquement, la plainte pour diffamation est mal barrée…
    Et surtout, encore du zèle bien servile de la part du Ministère public…
    Affaire à suivre… comme on dit !

  • Voici en réalité le bon tweet :

    et voici le début de l’article :

    Je comprends mieux.

    Florian Bachelier a donc porté plainte pour diffamation envers sa personne contre un journaliste : Christophe Grebert qui a relayé la teneur d’un article d’un autre journaliste : Yann-Armel Huet, publié par le quotidien Ouest-France sur la base des propos du secrétaire départemental du Parti socialiste : Christophe Fouillère.

    Courageux mais pas téméraire, il n’allait quand même pas porter plainte contre le secrétaire départemental du Parti socialiste, ni contre un journaliste de son quotidien préféré… 😉 😉 😉

  • L’affaire (à suivre) est appelée à l’audience de ce 17 juin 2021 à 13h30 à la Chambre 17 du tribunal correctionnel de Paris .

  • Michel Deshayes

    Personnellement je suis confiant dans la décision à venir du tribunal en faveur de mon député. Attaquant publiquement le Sénat lors de l’affaire Benalla ou soutenant de toutes ses forces l’accession au perchoir d’un homme qui a usé de ses fonctions pour enrichir sa compagne de plusieurs centaines de milliers d’euros, je sais qu’il a toujours défendu de justes et nobles causes.

    Je vivrais très mal qu’il n’aie pas gain de cause le 17.

    • Comme je te comprends !…    😉

      Tu aurais pu ajouter la manière dont il a récemment défendu l’hôpital public, en faisant irruption à l’Hôtel-Dieu pour démontrer qu’il avait raison d’accuser d’incompétence le Directeur général de l’AP-HP… en le prétendant au passage directeur de campagne de la Maire de Paris (qu’il n’est pas).

      C’est un homme tellement intègre et tellement attaché à la vérité qu’il soutient sans rire qu’il a eu également bien raison d’augmenter de 15 % la « dotation matérielle du député », puisque d’après lui l’Assemblée Nationale ne cesse de faire de formidables économies… même si c’est totalement faux.

      • Michel Deshayes

        Tous les jours je me félicite d’avoir voté pour lui ! Je pense toutefois qu’il serait bien qu’il n’exerce pas un second mandat. Il a placé la barre tellement haut que j’ai trop peur d’être déçu. Je préfère garder une bonne image.

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.