Un peu de gingin, si c’est possible…

Je tente de répondre ici :

« Racheter des contrats », c’est à mon avis une formule politiquement correcte pour dire qu’en réalité on rachète des hommes (avec leur formation, leur talent, leurs réussites et leurs échecs, leur supposé potentiel, leur image, leurs prétentions…) au prix du « marché ».

Un peu comme on rachète aujourd’hui, ici et là, des étalons sur le marché aux bestiaux.

Ce « marché » des hommes est à mon avis clairement immoral puisque, non seulement il a vocation à alimenter le profit des sponsors dans un contexte de recherche de profit (plus ou moins édulcoré, j’en conviens), mais il pervertit également les intéressés en les valorisant bien au-delà de leur utilité sociale (ce qui est évidemment très flatteur, et – depuis La Fontaine au moins – personne ne me parait pouvoir ignorer le rôle de la flatterie).

Tout cela se passe sur le dos du « bon peuple »… qui est malheureusement grugé avec son consentement, parce que c’est tellement facile de gruger le « bon peuple » quand il est formaté dès le berceau pour se contenter de pain et de jeux, et même dressé pour s’en réjouir : ça ne date évidemment pas d’aujourd’hui.

J’aimerais tant que l’on soit moins naïf.

S’abonner
Notification pour
guest

5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
LE HERISSE
LE HERISSE
2 années il y a

La lecture d’Ouest-France de ce mardi 06/10 faisant le bilan du mercato qui vient de se terminer confirme totalement votre point de vue puisque abordant ces mouvements de joueurs essentiellement du point de vue économique. Et, par exemple, considère que le « financeur » Pinault achète des joueurs comme des tableaux pour son musée de Venise.

Pierre Mousse
2 années il y a

Tout à fait juste cette vue sur les contrats et leur montée en valeur selon ce que peut attirer comme « clientèle » la présence de tel ou telle vedette. Les financeurs (privés ou publics) comptent non sur des dividendes en monnaie, mais surtout en notoriété, sorte de publicité pour le produit ou les élus avec les dérives que l’on peut imaginer. Le phénomène Tapie est le modèle cumulant les deux aspects. Surtout qu’avec la montée des cours, il y aura la montée des charges: de plus grands stades, de plus grandes dépenses de promotion et de sécurité.

P. Jéhannin
2 années il y a

Si vous avez aimé ça :

Mercato Stade Rennais : Rennes casse sa tirelire pour s’offrir la pépite belge Jérémy Doku (clic)

vous allez aimer ça :

Stade Rennais. Jérémy Doku, le cadeau de la famille Pinault (clic)

et en particulier ce passage :

« Si la pépite belge était une évidence sportive pour le trio Nicolas Holveck – Florian Maurice -Julien Stéphan, il faut souligner le rôle déterminant de l’actionnaire unique François Pinault. Sensibilisé sur ce dossier il y a une douzaine de jours, il a immédiatement flairé la bonne affaire et a ensuite suivi quotidiennement l’évolution de la réflexion en interne puis des discussions. Il aura donc été le moteur de cette opération, mettant au service du trio opérationnel en interne ce même feeling qu’il utilise pour l’art et l’acquisition, par exemple, de tableaux de grande valeur »

Pierre Mousse
2 années il y a
Répondre à  P. Jéhannin

Une autre façon d’accrocher des tableaux de chasse.