Mais c’est quoi, ce trafic ?…

Download PDF

Dans l’édition du quotidien Ouest-France de ce 17 avril 20189, sous le titre :

« La tirette bretillienne bientôt au bord des routes« 

le responsable de la sécurité routière du Département d’Ille-et-Vilaine nous présente une initiative censée être pour la France une innovation signalétique du Conseil départemental… qui sera expérimentée jusqu’au mois de juin dans le cadre du chantier de l’échangeur des Millières à proximité du barrage de la Rance.

Je ne suis pas certain que les services de l’Etat qui ont été associés à l’opération aient été conviés à valider l’appellation du dispositif, mais je n’ai pas l’intention de m’attarder bien longuement sur la conjugaison d’un barbarisme avec un belgicisme.

Je dirai simplement que cette alliance littéraire ne me parait pas de nature à « véhiculer » très clairement l’objectif poursuivi.

Plus au fond, je relève que, depuis 2014, le code de la route belge impose de respecter le principe dit de la « tirette » sans même qu’il y ait besoin de la présence d’un panneau pour cela. Je note qu’il y a eu à ce sujet de longues réflexions, d’importantes campagnes d’information, et qu’en dépit du fait que les infractions sont sanctionnées d’une amende de 55 euros :

5 ans après, un Belge sur 5 ne comprend toujours rien à la « tirette »

 J’ose espérer que cela fonctionne mieux dans les nombreux autres pays qui ont inclus ces dispositions dans leur code de la route… comme par exemple le Luxembourg, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, la Slovénie, l’Italie, la Tchéquie, la Suède, le Royaume Uni, la  Suisse ou même le Liechtenstein…

J’avoue que je ne connais rien à la cinématique des bouchons, mais j’observe plusieurs choses à priori de bon sens :

  1. le principe de la « fermeture éclair » (« Reißverschluss » par ici, « Ritsen » par là, « Favorisce il rientro da destra/sinistra » ou encore « merge in turn » ailleurs) n’améliore véritablement la fluidité de la circulation que si tous le comprennent et que si chacun s’y conforme… ce qui suppose beaucoup de pédagogie
  2. à ce stade, bien des éléments connus pour être des éléments clés n’ont pas été précisés, comme par exemple : à partir de quand – notamment en termes d’importance des ralentissements – est-on obligé de rouler sur 2 files et sur combien de véhicules s’applique le dispositif d’alternance en tête de cortège ?
  3. en toutes hypothèses, le dispositif n’a strictement rien de contraignant puisqu’il ne constitue qu’une invitation à la courtoisie et cela risque à mon avis d’en relativiser les effets, de provoquer sans doute quelques frictions entre conducteurs et de confronter les assurances à des situations inédites.

En conclusion, je souhaite malgré tout bonne chance à cette expérimentation, dont je vous avoue que j’aimerais bien connaître les critères d’évaluation fin juin pour être bien sûr qu’il ne s’agit pas d’une passade.

Tous commentaires ici bienvenus

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.