3 commentaires

  • MARTIN Daniel

    C’est là que l’on voit que les inventeurs de l’appellation n’ont pas d’oreille. Sur le simple plan phonétique il y a peu de différence entre préfet bretillien et préfet reptilien. De là à ce que l’on accuse le préfet du département de pratiques sinueuses ou sournoises comme celles d’un serpent. A sa place je porterais plainte contre les initiateurs d’une telle appellation génératrice d’ambiguité !

  • Michel Deshayes

    Le préfet d’Ille et Vilaine ne saurait appartenir à la Brétillie puisqu’il est le représentant de l’État dans le département.

  • Je vois que vous êtes l’un et l’autre très vigilants… 😉

    Je vous admire d’autant plus que vous avez pris soin d’écrire : le préfet.

    Car, vérification faite, si l’on doit écrire : le Président de la République ou le Premier ministre, on doit écrire en effet : le ministre, le préfet, le directeur, etc…

    Pour être complet, il paraît que si l’on s’adresse à l’une de ces personnes, le titre doit être considéré comme incorporé à la formule de civilité et par conséquent prendre une majuscule.

    Ainsi, on doit écrire dans l’adresse, la formule d’appel ou la formule de politesse : Monsieur le Préfet.

    Notre langue est subtile et mérite bien d’être respectée !…

Laisser un commentaire