5 commentaires

  • JB Courso

    C’est la troisième mention sur l’affaire (?) des époux Fillion. Ne trouvez-vous pas que tirer sur une ambulance qui a déjà un pneu crevé et qui reçoit des balles de partout ne nous éloigne quelque peu de l’Ille-et Vilaine et des turpitudes brétilliennes ? et le cours du galléco est inconnu en Sarthe et à Paris…

    • C’est vrai, je le reconnais bien volontiers : je viens de sortir 3 fois du cadre départemental.

      Je plaide cependant les circonstances atténuantes en ce qui concerne les 2 premières fois, puisque cela a permis d’établir des faits qui n’avaient été pointés par personne, après que je me sois donné le mal d’éplucher 24 + 1 + 30 = 55 compte-rendus de conseils municipaux de la commune de Solesmes.

      En ce qui concerne le dernier, j’ai succombé à une brutale envie de rigoler un peu… tant j’en avais besoin après toutes ces si tristes révélations.

      Bon, pour me faire pardonner, je vais publier un truc sur le galléco… 😉

  • Sans compter que ça excite les Muses :

    Quand la Sarthe inhale l’huile et que Bouleau des nouilles,
    Fillon peine et l’eau plait, ribaud, tu vois, ça rouille.
    Alors que Tourenne a, j’ai dit, mis l’ pied si dru
    dans l’étron bretillien du moustacheux Chenu.

  • Vous rigolez, mais les 2 notes de lecture de Penelope Fillon pour la Revue des 2 mondes font 3.475 caractères, ce qui représente quand même l’équivalent de 25 bons tweets de 140 caractères.

Laisser un commentaire