A propos du « Scan achat » Leclerc

Download PDF

J’entends déjà certains dire que ce n’est pas bien de faire ses courses dans les grandes surfaces, et que c’est encore moins bien d’utiliser une « scanette » dans l’espoir de faciliter les passages en caisse.

Néanmoins, il se trouve que je suis détenteur d’une e-carte Leclerc et que j’utilise assez volontiers le « Scan achat » lorsque je fais mes courses au magasin de Saint Grégoire.

Irrité par la fréquence des relectures lors de mes derniers passages en caisse, et constatant dans la file d’attente que je n’étais pas le seul, j’ai demandé à objectiver mon ressenti.

Après avoir effectué un rapide survol sur l’écran de l’hôtesse d’accueil à partir de mon numéro de carte de fidélité, j’ai sollicité copie des informations concernant ces passages.

Bien que ma requête ait été partiellement satisfaite, je ne dispose pas de toutes les informations nécessaires pour analyser les données qui m’ont été communiquées et je reste dubitatif sur la période de conservation qui m’a été indiquée.

Je peux toutefois dire qu’après une nouvelle « relecture » en caisse aujourd’hui :

mon « taux de contrôle » calculé sur une période d’environ un an est compris entre 36 et 40 %

J’ajoute que sur 43 passages effectués cette année entre le 1er janvier et le 25 novembre 2016 :

  • à 4 reprises, j’ai présenté en caisse des articles que je n’avais pas pu scanner
  • le seul « écart » constaté (le 25 janvier) n’est pas une erreur ou une omission puisqu’il est dû à un article que j’ai présenté parce que je n’avais pas pu le scanner

En outre,

  • il m’a été précisé que les contrôles étaient aléatoires, alors qu’en première analyse on pourrait comprendre qu’ils ne le soient pas (je ne suis pas certain que ce soit vrai, mais de toutes façons : ça mérite réflexion, eu égard aux questions du ressort de la CNIL)
  • quoi qu’il en soit, les clients se présentent aux caisses affectés d’un « niveau avant relecture » lui-même complété d’une échelle, qui seraient (ensemble ou séparément ?) représentatifs d’un « niveau moyen de relevés effectués par le client en termes de fréquence et de confiance » dont on peut espérer qu’il serve à quelque chose
  • le dispositif renvoie à des données, manifestement personnelles et très possiblement de consommation, que la société refuse de communiquer au motif que « le fonctionnement du logiciel reste confidentiel ».

Je ne conteste évidemment pas le principe des contrôles, et je comprends très bien que l’exact fonctionnement du logiciel demeure nécessairement confidentiel, mais je prétends que ceci doit être concilié avec mon droit d’accès en « langage clair » à « l’ensemble des données » qui me concernent.

C’est pourquoi je viens d’effectuer une démarche auprès de la direction du Centre Leclerc de Saint Grégoire s‘inscrivant cette fois dans le cadre conseillé par la CNIL.

Je suis intéressé par vos éventuelles expériences de « Scan achat ».

 

9 commentaires

  • Hervé

    Quelle est l’utilité de ce « scan achat »?

    • Bonjour Hervé,

      Via Google, tu trouveras sans mal beaucoup de points de vue sur cette question.

      En ce qui me concerne, et pour m’en tenir à la question de l’utilité que tu soulèves, j’y vois surtout deux avantages :

      – à tout moment, savoir où tu en es du montant cumulé de tes achats
      – à la caisse, bénéficier d’un gain de temps en principe non négligeable

      Mais il est vrai que la question ne se résume pas à cela.

  • Michel Drouet

    Bonjour Patrick
    La scanette, c’est comme la carte du magasin que vous présentez lors de vos achats : ça sert à connaître vos modes de consommation et cibler les promotions qui vous sont envoyées ou les coupons distribués. C’est du marketing pur et les quelques « avantages » qui sont octroyés sont juste une petite carotte qui ne coûte rien au magasin puisqu’ils sont intégrés dans le prix d’achat des produits que vous consommez.
    Tout cela sert à manipuler le consommateur et à le faire acheter davantage.
    Mention spéciale toutefois pour les scannettes : elle détruisent de l’emploi en diminuant le nombre d’hôtesses de caisse. C’est pour cela que je refuse d’adopter le système. Un écran c’est froid et cela ne sourit pas et je préfère échanger deux mots avec l’hôtesse de caisse même si pour cela je dois attendre 5 mn de plus.

    • Bonjour Michel,

      Comme je l’ai précisé, je répondais sur le versant de l’utilité.

      Mais je suis complètement d’accord sur le fait que les cartes dites de fidélité sont fondamentalement conçues pour être bien davantage au service et à l’avantage du fournisseur plutôt qu’au bénéfice du client.

      Je suis d’accord aussi sur le fait que ce sont des outils de manipulation des consommateurs.

      Je suis plus nuancé sur la question de l’emploi, car en essayant de me placer un instant du côté de la caissière, je me dis que ce ne sont tout de même pas des emplois très « enrichissants », même agrémentés de quelques (rares) échanges avec les clients.

      Ceci dit, je reconnais qu’il vaut mieux tenir que courir et si on n’a pas mieux à leur offrir…

  • Marie-Christine Chauloux

    Bonjour à tous, je crois que je vais rendre le contrat et la carte Scan Achat chez Leclerc de Clisson (44) ! Depuis de nombreux mois, je n’ai jamais défailli, jamais oublié un article et voilà que, malheureusement, lors de mes courses de Noël j’ai oubli dé scanné un « chapon » à 30 € il est vrai, mais je sais ma bonne foi, jamais je n’aurai triché ! depuis je suis mise en « punition » comme je dis, car depuis Noël, j’ai relecture sur relecture…je me sens salie, prise pour une voleuse !! je n’arrive pas à digérer la chose ! donc maintenant exit la carte Scan Achat et je préfère encore attendre aux caisses classiques parce que je ne me laisse pas faire et j’ai l’impression qu’ils me reconnaissent maintenant 🙁 et qu’il est écrit sur mon front « attention voleuse » !!

  • Ah, je comprends bien ça.

    C’est auto-destructeur, parce que la « honte » est d’autant plus grande que l’on est de bonne foi.

    Au passage, au-delà de 30 euros : ça n’a pas l’air de poser les mêmes problèmes aux époux Fillon ou aux époux Solère… 😉

  • N’ayant pas reçu de réponse à ma demande effectuée par courrier recommandé en date du 12 décembre 2016, visant à obtenir l’ensemble des données me concernant figurant dans les fichiers informatisés ou manuels exploités par le Centre Leclerc Saint-Grégoire ainsi que toute information disponible sur l’origine de ces données, j’ai déposé ce jour par internet une plainte auprès de la CNIL.

    En raison du grand nombre de saisines, les délais de traitement des plaintes peuvent être importants.

    ils varient en fonction :

    ◦ de la complexité de la plainte,
    ◦ des réponses apportées par le responsable du fichier,
    ◦ des actions entreprises pour instruire la plainte (identification du responsable de fichier, contrôle, procédure de sanction…)

    Il est précisé que si l’on souhaite être informé des suites données à cette démarche, on peut contacter la CNIL en rappelant le numéro de dossier qui figure sur l’accusé de réception, mais qu’il faut attendre au moins deux mois avant de le faire.

    « La patience est une vertu qui s’acquière avec de la patience » 😉

Laisser un commentaire