Ah que Coucou (le poulet)

Download PDF

« La Coucou de Rennes » est une poule « mascotte de tout un territoire », dont la race – connue dès 1858 et reconnue en 1914 – a été « sauvée grâce aux efforts conjugués de l’écomusée du pays de Rennes, d’amateurs passionnés et d’éleveurs cherchant une alternative à l’industrialisation »… efforts engagés à la fin des années 80 et constamment soutenus depuis.

Détentrice d’un nom qui a été déposé auprès de l’INPI via la Chambre d’agriculture en 1998, elle est notamment le sujet d’un bel ouvrage publié en 2015 aux Presses universitaires de Rennes : « un beau symbole dans la lutte contre l’accélération du temps, et les effets dévastateurs de la mondialisation économique ».

Et vous savez quoi ?… Ça ne s’invente pas : son poulet s’appelle « le Coucou de Rennes ». 

poule_coucou

Maintenant, connaissez-vous l’enseigne : « Le Coucou rennais » ?…

le_coucou_rennais

C’est un établissement de restauration immatriculé en 2013 qui a la particularité de ne pas servir de « Coucou de Rennes », mais – pour des raisons qui lui appartiennent – du poulet « Cou nu » originaire de la région du Forez, dont il se fournit à Acigné.

Je suis personnellement choqué qu’à la faveur d’une habile usurpation « d’identité » avicole, cette enseigne puisse se livrer à une véritable captation de notoriété. Je suis personnellement choqué qu’elle se permette ainsi de profiter sans aucune raison – et sans gêne aucune – du travail, des investissements et de la réputation d’un réseau de producteurs locaux solidaires, souvent engagés depuis bien longtemps au service d’une agriculture durable. En droit, ça porte un nom précis : c’est du « parasitisme ».

Et je suis d’autant plus choqué que le dirigeant de la sarl Algo, dont le petit nom est « Le Coucou rennais », se trouve être depuis mai 2015 le représentant des entreprises du pays de Rennes au conseil des collèges, qui est l’instance dirigeante de l’association Galléco.

J’avais lu que l’éthique était au coeur du projet de monnaie locale porté par cette association.

3 commentaires

  • Noël

    Pas du tout d’accord avec ça! C’est une vision réductrice. Certes, le nom de l’enseigne peut laisser à penser au consommateur qu’on y sert des poulets de race Coucou de Rennes, mais de là à traiter sa démarche de « parasitisme », c’est un peu fort de café (à prix libre, d’ailleurs…). Loin de « de profiter sans aucune raison – et sans gêne aucune – du travail, des investissements et de la réputation d’un réseau de producteurs locaux solidaires », le propriétaires des lieux s’évertue au contraire à faire valoir les produits locaux, en agriculture bio ou durable, ce que dont trop peu des ses nombreux confères rennais peuvent se vanter, préférant se fournir chez Metro. J’espère que le gérant des lieux saura faire valoir son droit de réponse. Et au fait, qu’en pensent les intéressés? (les producteurs de Coucou de Rennes)

    • Bonjour Noël,

      Je ne reproche pas au patron de la société Algo de s’évertuer à faire valoir les produits locaux, en agriculture bio ou durable.

      Ce que je lui reproche c’est d’avoir adopté et de promouvoir la dénomination commerciale « Le Coucou rennais » qui est, de mon point de vue, une véritable tricherie.

      En effet,

      1) cela constitue d’abord un détournement de notoriété à son profit, au détriment des producteurs de ce poulet de race que bien des rennais connaissent et apprécient.

      2) cela constitue ensuite, à l’égard des clients, une incontestable tromperie sur la marchandise.

      Bien entendu, comme tu as pu le constater toi-même, chacun peut exprimer son point de vue sur le blog.

      Enfin, je connais la position de l’association des producteurs de Coucous de Rennes, mais il ne m’appartient pas de l’exprimer à leur place.

  • Ben voyons : comme s’il suffisait d’ajouter des guillemets à « coucou » sur la devanture pour régler la question !…

    (extrait de rennesburger.com)

Laisser un commentaire