Du concentré d’Ouest-France

Download PDF

Le 26 octobre dernier, j’ai lu ceci dans Ouest-France Entreprises :

lait_jinan
cliquer ici pour lire l’article

Mais qu’en est-il exactement ?…

1 – S’agit-il vraiment d’un « produit frais » comme il est prétendu dans le corps du sujet ?

non : Lactalis le sait bien et devrait veiller à ce que personne ne puisse le prétendre, puisque – suite à une révélation du Canard enchaîné – la société a failli avoir de gros ennuis en utilisant à tort cette dénomination en France en 2010.

2 – Serait-ce une « spécialité de Rennes », comme il est prétendu dans le corps du sujet ?

non : il n’y a aucune usine de production de briques de lait à Rennes.

3 – Peut-on affirmer que « la consommation de produits laitiers … progresse … notamment grâce aux accords noués à Jinan, la ville jumelée avec Rennes » ?

non : car non seulement le dire au bout de quelques semaines paraît déjà bien audacieux, mais il faut surtout constater que la société Lactalis, qui a ouvert son antenne commerciale à Shangaï en 2009, commercialise ces briques de lait en Chine depuis 2012, et qu’elle n’a pas attendu la création du site internet évoqué dans l’article pour les distribuer dans bien des régions, de bien des façons et notamment via www.amazon.cn par exemple. Le fait nouveau est seulement que la ville de Jinan s’est dotée à la fin de l’été d’un site internet consacré aux 35 villes avec lesquelles elle entretient des liens, qui ont – pour les deux tiers – la forme d’un jumelage :

www.jinansistercities.com

Ce site comporte un embryon de partie, bilingue, consacré à la vente en ligne de produits réputés être des spécialités de ces villes partenaires : « for instance, milk from France, pine-tree honey from Turkey and crystal fine arts products from Czech Republic ». Je serais vraiment très curieux de savoir combien de litres de lait ont été achetés par ce canal depuis que c’est possible, c’est-à-dire au cours des 2 derniers mois.

4 – Mais s’agit-il au moins de « lait bretillien » ?

Rien n’est moins sûr : on peut voir en tous cas sur l’emballage des produits présentés sur le site qu’ils sont susceptibles de provenir de 4 sociétés laitières, et que – même si la société laitière de Vitré est le plus gros site de production Lactalis en France – ni la société laitière de Montauban (pas de Bretagne !…), ni la société laitière de Clermont (dans l’Oise), ni la société laitière de Rodez (à ne pas confondre avec la société fromagère de Rodez), ni même la « maison mère » qui est localisée à Laval (Mayenne) ne sont implantées dans notre Brétillie chérie.

brique_jinan

J’aimerais tellement pouvoir faire confiance à Ouest-France un jour…

7 commentaires

Laisser un commentaire