Bretagne Porte de Loire : soyons vigilants

Download PDF

La Communauté de communes de Moyenne Vilaine et Semnon (de l’ordre de 28.000 âmes) et la Communauté de communes du Pays de Grand Fougeray (moins de 6.000 âmes), toutes deux situées au sud du département d’Ille-et-Vilaine, ont décidé de fusionner au 1er janvier 2017 sous le nom de « Bretagne Porte de Loire Communauté » :

BPLC

Les élus (je les cite) « ont fait le choix de ne pas consulter les habitants pour cette démarche ».

Je les cite encore : « Ce nouveau découpage offre une opportunité pour élaborer un projet de territoire fort 
au Sud de l’Ille-et-Vilaine, aux portes de la Loire-Atlantique, et avec le projet du nouvel aéroport ».

Pour arrêter le nom de cette nouvelle intercommunalité, les élus se sont fait accompagner par la société Peuplades aux termes d’un marché qui s’élève à 7.170 € TTC.

D’autres dépenses – manifestement plus importantes – sont envisagées pour la création d’un logo, d’une charte graphique, de la signalétique, d’un site internet, ou encore pour la recherche d’un nom pour les habitants… sans compter les frais de communication à proprement parler.

Je ne dis pas que la démocratie représentative est totalement inutile, mais j’ai appris qu’elle ne pouvait fonctionner que sous très haute surveillance.

J’ai formulé le 1er août 2016 une première demande de communication de documents administratifs dont vous trouverez copie au bout de ce lien, et j’entends bien suivre très attentivement cette question que je vous invite à suivre également.

 

 

2 commentaires

  • Yann Robig

     »J’entends bien suivre très attentivement cette question » : c’est inadmissible! c’est le travail de la presse d’informer les citoyens ! Si les citoyens ne font plus confiance ni aux politiciens ni à la presse, où va-t-on? Ils veulent s’informer eux-mêmes ? Et un jour peut-être se gouverner eux-mêmes? C’est un scandâââle!

  • Algo-rythme

    « Bretagne Porte de Loire Communauté » est un nom qui prédispose plus au départ de Bretagne qu’à l’envie d’y accéder.

    Comme Patrick, je trouve inconcevable que des élus aient « fait le choix de ne pas consulter les habitants pour cette démarche ».
    Quel que soit le contexte, c’est un intolérable déni de démocratie !

    Je trouve par ailleurs absurde et imbécile que des politiciens et/ou technocrates nous inventent des « pays » et des « noms ».
    De la même façon que ce sont les chèvres qui trouvent les meilleurs tracés de route en montagne, ce ne sont que les habitants qui peuvent se créer une identité partagée.

    Comme la « Brétillie » et les « Brétilliens », tout ceci ne relève que d’une vaste foutaise émanant de crétins prétentieux que nous avons eu le malheur d’élire, et qui se croient tout permis à ce titre.

    Quant aux coûts de ces fadaises, ils ne sont sans doute guère élevés en pourcentage des budgets des collectivités qui les financent, mais ils sont totalement indécents au regard des besoins non satisfaits de beaucoup de nos compatriotes.

Laisser un commentaire