Nous-Vous-Ille… et moi, et moi et moi

Download PDF

Le 6 juillet, j’apprends par Twitter que la revue du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine (enfin… je veux dire : le magazine des Bretons d’Ille, puisque c’est comme ça qu’il est sous-titré en page de couverture) « débarque dans nos boîtes aux lettres ».

NVI114n° 114 : juillet-août-septembre 2016

Vu qu’un nouveau marché de distribution de ce périodique a été signé le 24 juin dernier pour 4 ans avec les mêmes opérateurs qu’auparavant pour la modique somme de 938.496 euros HT, qu’il prévoit la distribution dans TOUTES les boîtes aux lettres du département, que le magazine a été tiré à 532.547 exemplaires, soit 7.940 exemplaires de plus que la fois précédente, qu’il y a sur ce territoire moins de 532.547 logements ou si vous préférez moins de 532.547 « ménages » au sens de l’INSEE, je me dis bêtement :

  1.   que logiquement, le gars de gauche sur la photo ne peut être que sans domicile fixe
  2.   que, moi qui ai un domicile fixe – et même quelque chose comme une idée fixe (vous ne saviez pas ?) – je ne vais pas tarder à pouvoir prendre connaissance de l’organe du Conseil départemental.

Vous savez aussi combien je suis patient : je patiente donc jusqu’au 25 juillet.    😉

Pour rien… et c’est d’autant plus frustrant que j’observe qu’avant de partir en vacances, le (ou la) préposé(e) a omis de déposer comme à l’accoutumée une version numérique de cette publication d’une part sur le site ille-et-vilaine.fr et d’autre part sur le site calameo.com.

Moi qui suis si fier (sous-entendu : de ne pas être brétilien), j’ai donc dû aller mendier un exemplaire à l’Hôtel du Département, où l’on m’a d’ailleurs très aimablement proposé de m’en donner plusieurs.

Je ne vais quand même pas me plaindre.

Surtout qu’à partir de ce moment là, j’ai pu m’intéresser au contenu.

Une chance que l’attaché de presse ait pris les devants dès le 8 juillet pour lever une méprise entre Brain-sur-Vilaine et Saint Ganton (p. 44) :

Saint-Ganton

Mais il n’a malheureusement pas pu corriger les nombreuses erreurs qui affectent les liens associés aux différents articles, qu’il s’agisse par exemple de l’article sur le « plan de relance » (p. 6), de celui sur « le Prix ados » (p. 7) ou encore de celui sur la vaccination (p. 25), qui n’aboutissent qu’à de pitoyables :

« La page demandée n’a pas pu être trouvée »

Encore plus regrettable : le lien qui est censé diriger vers le site internet de la revue « Nous Vous Ille » pointe vers une page orpheline consacrée au n° 110 de juillet-août-septembre 2015 (p. 3).

Sinon : des Bretilliens et des Bretilliennes, il y en a partout !…

Par exemple, il y en a 8 sur l’infographie consacrée aux points clés du projet départemental, 8 sur la page consacrée aux 10 engagements du Département, ou encore 6 sur la page réservée à l’expression du groupe de la majorité : ça fait déjà 22 occurrences en 4 pages… mais ça n’a rien à voir avec du bourrage de crâne : non, non.

D’ailleurs, si c’était du bourrage de crâne, ça s’écrirait toujours pareil.

Or, il se trouve qu’avec la bénédiction de la direction de la communication, Régis Delanoë – promu pigiste attitré depuis l’année dernière – n’hésite pas à se permettre une petite fantaisie, ou un petit raccourci si vous préférez (p.34) :

D-E-S_2

C’est bizarre.

Je ne sais pas pourquoi ça me rappelle furieusement le lapsus commis sur le tout dernier mot du 3ème et dernier livrable du marché de « création et lancement d’un gentilé pour l’Ille-et-Vilaine » dont a illégalement bénéficié en son temps un certain Jacques… Delanoë :

Bretilienne_JD

Le hasard, sans doute…     😉

 

9 commentaires

  • JB Courso

    Si ces pieds nickelés avaient de l’humour ils vous embaucheraient pour animer la page « rions ensemble » crée spécialement dans NVI. Ah Patrick, je ne perds pas mon temps à lire votre blog ! c’est un régal.

  • MARTIN

    Petite info complémentaire ; ce merveilleux magazine va aussi être vocalisé… En effet pour ne pas être en reste avec Les Rennais et Rennes Metropole Magazine, le Conseil Départemental a passé un contrat avec l’association Valentin Hüy pour réaliser cette vocalisation. Mais alors que les 2 autres magazines sont vocalisés en voix humaine grâce à votre serviteur, responsable des « donneurs de voix », le magazine du département va être vocalisé en voix de synthèse car votre serviteur n’a pas accédé à la demande du Président de l’AVH en invoquant 2 bonnes raisons : notre charge de travail déjà importante et le fait que je ne sais pas lire le fameux gentilé et que j’aurais été contraint d’utiliser la périphrase jugée trop longue par « certains journalistes » habitant(e)s d’Ille et Vilaine. J’espère que la voix de synthèse saura reconnaitre le gentilé et le prononcer correctement !!!

    • Et moi, j’espère que les délais de vocalisation du « Nous-Vous-Ille » seront nettement plus courts que les délais de transcription des enregistrements sonores des débats au Conseil départemental !… 😉

      Et pour les amateurs, j’ajoute ceci qui date du 7 septembre 2013 : http://wp.me/s6EXHi-529

    • Tu me fais penser à quelque chose : depuis juin 2013, combien de fois as-tu rencontré le mot bretillien (ou bretillienne) ou brétillien (ou brétillienne) ou bretilien (ou bretilienne) ou brétilien (ou brétilienne) dans Le Rennais ou/et dans Rennes Métropole Magazine ?…

  • Algo-rythme

    Je subodore que le Président du Conseil Départemental a inscrit dans son marché du 24 juin dernier une nouvelle clause interdisant formellement la distribution de « Nous-Vous-Ille » à un certain empêcheur de communiquer en rond.

    Imaginant que c’est une clause résolutoire du marché, Patrick n’a pas fini d’aller quémander tous les mois son exemplaire à Beauregard…

    Quant aux mots « bretillien (ou bretillienne) ou brétillien (ou brétillienne) ou bretilien (ou bretilienne) ou brétilien (ou brétilienne) », à défaut d’être un lecteur assidu et attentif de Le Rennais et de Rennes Métropole Magazine, j’atteste cependant ne l’avoir jamais entendu prononcé autour de moi (et ça fait du monde…) depuis leur génération spontanée.

    • Moi non plus, je n’ai jamais entendu prononcer ce nom là en dehors du Conseil départemental et de quelques médias subventionnés.

      C’est tout de même bizarre.

      • MARTIN

        Hé oui,j’ai rencontré ce terme dans un article de RMM que j’avais à vocaliser…mais comme je ne sais pas le lire je l’ai remplacé par la périphrase « normale » « habitant d’Ille et Vilaine » !!!

        • Je me demande si ce n’est pas plutôt dans un article du Rennais. En tous cas, ça m’inspire !… 😉

          Et ça me donne l’idée de tenter une étude comparative de l’emploi de l’appellation (enfin : des appellations) dans un certain nombre de magazines territoriaux (Le Rennais – Rennes Métropole – Nous-Vous-Ille et le magazine de la Région).

Laisser un commentaire