Vraiment trop moche

Download PDF

Un honorable correspondant m’a récemment laissé ce petit message :

T’as vu auj dans le O-F les miss Ille-et-Vilaine,
même pas les miss Brétiliennes : trop moche comme nom à porter.

Miss_35

Du coup, j’ai relu l’impayable petit rapport que le publicitaire Jacques Delanoë avait rédigé pour le Département d’Ille-et-Vilaine, lorsqu’en 2013 le Président du Conseil général s’était fait un devoir de baptiser les habitants sans même leur demander leur avis, et je me suis délecté du :

6ème « parti pris stratégique pour imposer le gentilé Bretillien »
SE METTRE RESOLUMENT DANS LA VRAIE VIE

Le gentilé est un signe identitaire fédérateur qui n’a pour seule valeur que l’usage qui en sera fait. C’est donc bien sur cette valeur d’usage qu’il nous faut porter nos efforts.

Pour cela il nous faut privilégier des petites actions du quotidien hyperconcrètes :

  • Stickers (idem Fougères) sur les voitures, les cartables…
  • Affichettes dans les écoles
  • Tap-taps « Allez les Bretilliens ! » pour les rencontres sportives (foot, volley, hand…)
  • Petits objets usuels ( porte sac à main, jetons de caddie, clefs USB…)
  • .

Trouver des partenariats avec des organismes corporatifs pour donner le nom du gentilé à des produits du quotidien :

  • Un gâteau, une crêpe, une galette…
  • Une rose
  • Un motif de T-shirt
  • .

Inciter les événements liés à l’Ille-et-Vilaine à intégrer dans leur nom le nouveau gentilé :

–  à titre d’exemples « Les Oscars d’Ille-et-Vilaine » deviendraient « Les Oscars Bretilliens » et pourquoi pas « Miss Ille-et-Vilaine », « Miss Bretillienne ».

Un travail de recensement de toutes ces manifestations est impératif.

Et comme nous le disions précédemment, à nous de reprendre le terme Bretillien sur les propres vecteurs du Conseil Général.

  • On peut par exemple imaginer des tenues de travail, des badges ou des véhicules avec le slogan « 100% au service des Bretilliens »

De nombreuses autres actions de ce type sont certainement possibles, à nous de les cerner par un brainstorming.

Je ne peux évidemment que me réjouir du fait que pas un seul de ces piteux outils de propagande n’ait été mis en œuvre, mais je continue à me demander si c’est bien normal d’avoir rémunéré 17.790 euros un travail qui aura débouché sur des propositions aussi puériles qu’inutiles.

5 commentaires

Laisser un commentaire