Du rêve à la réalité

Download PDF

Je vous invite à mesurer la distance qui s’est creusée entre l’article ci-dessous qui a été publié dans la revue Nous-Vous-Ille au moment du lancement du galléco et la réalité qui est apparue dans les semaines et mois qui ont suivi, puisque :

  • aucune collectivité locale n’a adhéré à l’association en qualité de collectivité locale
  • tout bien compris, la dépense engagée est d’au moins 500.000 euros
  • l’association n’a pas les moyens de rembourser l’avance de 40.000 euros dans 4 mois
  • le taux de change 21 gallécos contre 20 euros n’a pas duré bien longtemps
  • la sécurisation par code à bulles qui a coûté cher au département n’a pas fonctionné
  • il est strictement interdit de rendre la monnaie en euros
  • sur les 4 banques partenaires, 3 se sont immédiatement retirées du projet
  • l’expérimentation n’a pas été concluante puisqu’elle n’a pas été étendue à l’Ille-et-Vilaine

Galleco_du_reve_a_la_realite

On attend encore l’évaluation promise par le Département, qui fait mine de se satisfaire jusqu’à ce jour du seul bilan qui a été établi fin septembre 2014… par l’association elle-même et sur les seuls indicateurs prévus dans la convention qui la lie au département.

Mais nul doute que cela devrait bientôt venir, puisque c’est une promesse de campagne d’Energies solidaires : « Nous évaluerons les effets de la mise en circulation de la monnaie complémentaire Galléco sur les territoires d’expérimentation afin d’étudier, le cas échéant, sa généralisation » (page 5 du programme proposé aux électeurs)

 Pour aller plus loin : Mes 38 contributions précédentes à l’évaluation du galléco

6 commentaires

  • JB Courso

    Je viens de découvrir « Dubaï me laisse rêveur »… tout cela tourne au cauchemar pour le contribuable que nous sommes. Je ne comprends pas la finalité de cette monnaie fictive qui a la même fonction que la monnaie européenne. Qu’ils se soient amusés à garder en circulation le franc qui tournerait ainsi en rond, pourquoi pas, mais le galléco ??? à quoi cela rime de créer une monnaie qui coûte au bas mot 12,5 € l’unité et qui doit remplir la même fonction de l’euro? Les shadocks me faisaient rire. Mais là c’est de l’incompétence coupable.

  • Je vois que tu suis les recommandations de lecture qui sont en pied de page des contributions !…

    J’aime bien ton raisonnement sur le coût de la monnaie, mais il faudrait toutefois le corriger car un galléco ne coute pas 500.000/40.000 euros = 12,5 euros l’unité : il faudrait considérer le nombre total de coupons imprimés au-delà des premiers (sur lequel il y a des informations contradictoires) et éventuellement tenir compte de leur circulation puisqu’ils sont utilisés plusieurs fois (mais il y aussi pas mal de brouillard sur leur « vitesse de circulation »).

    Il reste qu’en toutes hypothèses, et dans le sens de ce que tu fais remarquer, l’émission d’un galléco revient très certainement à beaucoup plus d’un euro.

  • JB Courso

    S’il y a eu plus de 40 000 unités imprimées, cela abaisserait leur prix de revient, mais on est sûrement loin des 500 000 gal en circulation. Et puis la rotation ou vitesse de circulation ne rajoute rien à leur valeur, il me semble, car il n’y a pas de création de richesse. Reste le problème de fond, qui lui est toujours présent.

  • JB Courso

    ps: j’en profite pour vous souhaiter une bonne année 2016. Gardez votre sincérité, par ces temps, c’est rare et précieux.

  • Bonne et heureuse année à tous… et, comme me l’a écrit avant-hier un conseiller départemental (de la majorité) :

    « Pour 2016, je vous souhaite plein de jolis moments de partage, de sourires, beaucoup de réussite, des instants d’espiègleries et de ne pas perdre votre âme d’enfant qui fait que vous n’avez peur de rien… Que l’utopie devienne réalité à force de courage et de détermination. Merci de continuer à batailler comme vous le faites pour exiger honnêteté et transparence. Que la force soit avec vous pour 2016 😉 »

    Etonnant, non ?…

  • JB Courso

    Qu’à moitié… Il y a des gens bien assurément mais beaucoup délèguent à d’autres la tâche de se mouiller, de se battre.  » On est de tout coeur avec vous, allez-y ! » est leur devise.

Laisser un commentaire