Galléco’s toujours, ça m’intéresse     ;-)

Download PDF

Au moins 8 mois après la survenue de l’évènement, il serait tout de même temps que l’association actualise la liste des membres de L’équipe du galléco qui figure sur son site internet… d’autant qu’à ma connaissance, il y a tout-de-même eu beaucoup de changements :
conseil_des_colleges

Côté fondateurs

On reproche souvent aux conseillers territoriaux de s’accrocher abusivement à leurs fonctions, mais on ne peut pas dire qu’ils se cramponnent aux instances de l’association Galléco.

On se souvient en effet que le département y est représenté par 6 élus (3 titulaires et 3 suppléants) qui, c’est le moins que l’on puisse dire, n’ont pas fait preuve d’une grande assiduité au cours de la précédente mandature.

Sur les 6 élus qui avaient été désignés en 2013 (par la commission permanente), 3 seulement font partie de la nouvelle assemblée, et aucun d’entre eux n’a été reconduit en 2015 (par le Président, en personne) pour participer à l’Assemblée générale et par voie de conséquence au Conseil des collèges qui est l’instance dirigeante de l’association.

Côté citoyens

Aux termes des statuts, le collège des citoyens pourrait compter 12 membres (6 titulaires et 6 suppléants), mais – manifestement faute de candidats – il ne compte plus aujourd’hui que 2 titulaires au total, contre 3 initialement : on ne s’y bouscule pas. Il est vrai qu’il y a un territoire qui bat particulièrement de l’aile…

J’ajoute qu’aucun des 3 citoyens élus par l’Assemblée générale en 2013 ne figure parmi les citoyens élus par l’Assemblée générale en 2015 : on ne s’y incruste pas non plus.

Côté entreprises

Cela peut interroger, mais curieusement : le nombre des représentants des entreprises n’est pas limité. Il suffirait de faire apparaître que 2 des 3 titulaires ont été remplacés au Conseil des collèges (ça tourne !…) et ce serait l’occasion de mentionner l’existence de leurs suppléants qui n’ont pas démérité.

Côté partenaires

La distinction statutaire entre les partenaires (dont le nombre des représentants n’est curieusement pas limité non plus) et les entreprises est *absolument* inopérante, mais ça fait plus chic et artificiellement plus opulent. 

Côté collectivités

Marée basse, puisqu’aucune collectivité n’accepte le paiement de ses services en gallécos.

***

Encore un mot : les statuts de l’association n’ont prévu ni Président, ni co-Présidents. Le Conseil des collèges n’a formellement rien décidé non plus à ce sujet là (de toutes façons, ce n’était pas de sa compétence). Il n’empêche que les 4 membres du bureau se sont auto-proclamés co-Présidents.

Résultat : 10 co-Présidents se sont déjà succédés en 2 ans sur 4 « postes » à géométrie volontairement et étonnamment variable. C’est plus fun...

Pour aller beaucoup plus loin : Ma contribution à l’évaluation du galléco

Un commentaire

Laisser un commentaire