Ma contribution à l’évaluation du galléco

Voici un extrait du rapport soumis à la session de février 2014 du Conseil général d’Ille-et-Vilaine consacrée à l’examen du budget primitif :

 « Une évaluation de l’expérimentation sera menée par le Département fin 2014 pour valider la poursuite du projet et son extension à l’ensemble du département » (page 193)

Et voici la réalité :

  1. en 2014, il n’y a pas eu d’évaluation par le département de la mise en œuvre du galléco
  2. début 2015, le bilan de mandat Energies solidaires 2011-2015 précise sans ambages que : « son utilisation sera étendue à de nouveaux territoires et une forme dématérialisée sera mise en place» (page 4)
  3. simultanément (cherchez l’erreur), le programme Energies solidaires 2015-2021 indique que « Nous évaluerons les effets de la mise en circulation de la monnaie complémentaire Galléco sur les territoires d’expérimentation afin d’étudier, le cas échéant, sa généralisation » (page 5)
  4. en 2015, à ce jour il n’y a toujours pas eu d’évaluation par le département de la mise en oeuvre du galléco

A défaut, je publie ci-dessous 38 interventions que j’ai réunies dans un seul et unique document, où elles sont classées dans un ordre chronologique pour contribuer en tant que de besoin à la réflexion collective (56 pages).

contribution_a-l_evaluation_du_galleco
(maj au 31 décembre 2015)

Je remercie par avance quiconque voudrait bien me signaler des erreurs ou des omissions, que je corrigerais bien volontiers sans délai.

S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JB Courso
JB Courso
6 années il y a

Si au moins le galléco avait cette vertu- là, comme dans cette petite histoire:

 » Arrive un riche touriste. Il arrête sa belle grosse voiture devant l’hôtel de la ville et entre.
Il pose un billet de 200 euros sur le comptoir et demande à voir les chambres disponibles afin d’en choisir une pour la nuit.
Pour 200 euros, le propriétaire de l’établissement lui donne toutes les clés et lui dit de choisir celle qui lui plaira.
Dès que le touriste a disparu dans l’escalier, l’hôtelier prend le billet de 200 euros, file chez le boucher voisin et règle la dette qu’il a envers celui-ci.
Le boucher se rend immédiatement chez l’éleveur de bêtes à qui il doit 200 euros et rembourse sa dette.
L’éleveur, à son tour, s’empresse de régler sa facture à la coopérative agricole où il se ravitaille en aliments pour le bétail.
Le directeur de la coopérative se précipite au café régler son ardoise.
Le barman glisse le billet à la prostituée qui lui fournit ses services à crédit déjà depuis un moment.
La fille, qui occupe à crédit les chambres de l’hôtel avec ses clients, court acquitter sa facture chez notre hôtelier qui pose le billet sur le comptoir, là où le touriste l’avait posé auparavant.
Le touriste redescend l’escalier, annonce qu’il ne trouve pas les chambres à son goût, ramasse son billet et s’en va.
Personne n’a rien produit.! personne n’a rien gagné.! mais plus personne n’a de dette.!!!  »

Que c’est beau la création de monnaie !