On en apprend tous les jours en I&V

Download PDF

Ces derniers jours, je viens donc d’apprendre que :

– la commission permanente du Conseil départemental s’est réunie en catimini

Je rappelle que les dates de réunion de la commission permanente ne sont pas diffusées, ni bien sûr les ordres du jour, que ces réunions ne sont pas publiques et qu’il n’y a pas de compte-rendu des débats, alors même que depuis avril 2015 la commission permanente est devenue un véritable « shadow » Conseil départemental puisqu’elle en a désormais exactement la même composition et qu’elle a conservé par délégation les mêmes attributions (à l’exception des rares points que la loi interdit et de ce qui est expressément délégué au Président).

La question de la justification des frais de déplacement engagés par le vice-président en charge de l’éducation et de la jeunesse, pour des séminaires de développement personnel organisés notamment à Bruxelles et à Rabat par un organisme non agréé pour la formation des élus, a été en séance retirée de l’ordre du jour : le recueil des actes administratifs à venir ne fera par conséquent état d’aucune décision.

Le président du groupe de la majorité ayant indiqué qu’avant même d’être justifiés ces frais ont été pris en charge par la collectivité, la question de leur remboursement reste posée… mais saurons-nous quelle suite y sera réservée ?…

Je repense à ce que – la main sur le cœur – le précédent Président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, Jean-Louis Tourenne, prétendait en plein débat sur la réforme territoriale :

« Peu importent les cartes, pourvu qu’il y ait la richesse démocratique ! ».

– il existe au niveau national une sorte de « Star Ac’ » des élus de tous bords…

… à l’exception toutefois de l’extrême droite qui n’y est pas bienvenue.

Il n’est pas inutile de savoir que son organisateur, l’Institut Aspen France que l’on voudrait nous présenter comme le promoteur d’« un héritage de la conversation à la française, comme dans les salons du XVIIIème siècle », est en réalité la branche locale d’un « Think tank » américain, présidée par un banquier d’affaires qui s’est donné mission de former (tous frais payés, à l’exception des déplacements) ceux qu’elle considère les « leaders d’avenir » du monde politique francophone.

De mon point de vue de Bidochon d’Ille-et-Vilaine, c’est le monde à l’envers.

7 commentaires

Laisser un commentaire