Où ça ne coûte pas plus cher de payer davantage…

Download PDF

Le quotidien Ouest-France de ce 28 avril 2015, qui consacre un article au nouveau conseil départemental d’Ille-et-Vilaine consécutif au « point presse » qui s’est tenu hier matin, nous informe que désormais « tous les élus sont membres de la commission permanente, vice-président ou conseiller délégué… mais ça ne coûte pas plus cher ».

indemnites
cliquer sur l’image pour l’agrandir

Sous la plume de Stéphane Vernay, la démonstration qui porte sur le montant des indemnités versées aux élus, rapporte les propos du Président, Jean-Luc Chenut, qui a déclaré que « par mesure d’économie, nous suivrons les barèmes fixés pour les départements de moins d’un million d’habitants, comme avant » et se termine sur les considérations de Christophe Martins, nouveau vice-président en charge des finances :

Résultat : « plus de 140.000 € d’économies par rapport aux plafonds fixés par la loi »

Mais de quelle économie est-il réellement question puisque les indemnités sont calculées à partir des « populations légales authentifiées » (je crois même qu’il faut retenir la population légale authentifiée avant le renouvellement complet des conseils), et que la dernière population légale authentifiée « millésimée 2012 » qui consacre le million d’habitants dans le département n’est entrée en vigueur que le 1er janvier 2015 ?…

Ce qui n’a pas laissé à l’assemblée précédente l’opportunité de se l’appliquer.

Voici la vérité, calculée à partir du montant unitaire de ces indemnités :

montant_indemnites
cliquer sur l’image pour l’agrandir

En réalité, ceci représente une augmentation de 3.878 € par mois, soit 46.529 € par an, ou encore 279.171 € sur la durée du mandat (non comprises les charges sociales que le département doit en outre couvrir).

Parlons clair : il s’agit en réalité d’un joli cadeau ostensiblement fait aux membres de l’opposition intégrant la commission permanente, qui ne manquera certainement pas de souder davantage encore la droite et la gauche dans leur combat pour la survie des départements.

Voir aussi : Deux conseils départementaux pour le prix d’un

Laisser un commentaire