La rhétorique départementale

Download PDF

Dans l’article du magazine « Nous Vous Ille », intitulé « Nous sommes tous des Bretilliens » (n° 102 – page 9), le dernier paragraphe que voici a pour objet de motiver le choix du gentilé :

Pourquoi avoir choisi Bretillien ?

« Bretillien est une association des mots Breton et Illien. Comme Breizhilien, qui arrivait en tête des propositions des lecteurs de Ouest-France, ce gentilé rattache le département à la Bretagne, tout en préservant un lien avec le nom Ille-et-Vilaine. Mais ce gentilé est apparu moins clivant que Breizhillien, qui oscille entre séduction et provocation. Et le « breizh » est une référence à la langue bretonne, que tout le monde ne parle pas en Ille-et-Vilaine. L’assemblée départementale a jugé que le gentilé Bretillien était davantage susceptible de rassembler. »

 C’est presque beau, mais il suffit d’y prêter un peu attention pour constater que cette douce littérature n’est que du concentré d’arguments fallacieux, que l’on a pris soin d’habilement délayer.

On y voit mobilisées bien des ressources de la manipulation mentale.

1 – Bretillien est une association des mots Bre-ton et Illien

Non seulement l’argument masque très grossièrement à l’écrit la prononciation accentuée qui a pour effet de le réduire à néant à l’oral, mais de manière très subliminale, il ramène à ce que l’on appelle en rhétorique « l’argument de la nouveauté » (argumentum ad novitatem), qui consiste à suggérer comme ça mine de rien qu’une idée ou une proposition est correcte ou d’une validité supérieure parce qu’elle est nouvelle et « moderne »

2 – Comme Breizhilien, qui arrivait en tête des propositions des lecteurs de Ouest-France

On retrouve là le procédé dit de « la fausse analogie », également connu sous le nom de « syndrome Galilée« , qui vise à alimenter une illusion logique.

L’effet en est opportunément renforcé en altérant l’élément de comparaison qui, dans le sondage effectué par Ouest-France, n’était pas Breizhilien comme il est prétendu là, ni même Breizhillien, mais Breizh-Illien (avec un tiret, une majuscule et 2 « l »)

3 – ce gentilé rattache le département à̀ la Bretagne, tout en préservant un lien avec le nom Ille-et-Vilaine.

Au niveau du pouvoir évocateur, spécialement pour les extra…territoriaux, ça me paraît personnellement à peine plus convaincant que de prétendre – pourquoi pas ? – que le « et » de Bretillien préserverait un lien avec le nom Ille-et-Vilaine, et même le lien qu’il y a entre l’Ille et la Vilaine… pendant qu’on y est.      😉

Mais je vois bien « l’argument d’autorité » (Argumentum ad Verecundiam) : c’est la proposition d’un « comité d’experts », et je ne peux que répondre à un « appel à l’humilité », puisque (ceci a été modélisé) : les contradicteurs sont réputés insignifiants par rapport à cette autorité.

4 – Mais ce gentilé est apparu moins clivant que Breizhillien, qui oscille entre séduction et provocation.

A moins de considérer que le département se limite à la salle de réunion de l’assemblée départementale, c’est ici clairement « l’affirmation gratuite » d’une contre-vérité largement établie puisque – à chaud, comme plus à froid – plus de 80 % des internautes qui se sont prononcés ont récusé l’appellation « Bretillien ».

5 – Et le « breizh » est une référence à la langue bretonne, que tout le monde ne parle pas en Ille-et-Vilaine.

Mais, tous les « Bretilliens »  habitent ils sur les bords de l’llle ?… Non : c’est bien la preuve que cet argument en masque un autre, qui n’est pas révélé mais qui conduit en toute « mauvaise foi » à un refus catégorique de la racine.

6 – L’assemblée départementale a jugé que le gentilé Bretillien était davantage susceptible de rassembler.

Le procédé est celui de « l’appel à l’ignorance » (argumentum ad ignorantiam), qui consiste tout simplement à prétendre qu’une proposition est vraie parce qu’elle n’a pas été démontrée fausse.

***

Le pire est que tout cela baigne dans un double « faux dilemme », puisque l’article de « Nous Vous Ille » porte à penser que le choix s’offrait entre Breizhillien et Bretillien alors que ce choix a été savamment filtré pour être effectué entre Bretillien et Haut-Breton… et que l’on sait de surcroît (vive « la technique de l’épouvantail ») que « Haut-Breton » n’avait aucune chance d’être retenu par l’assemblée.

Enfin, dernier procédé emprunté aux ressources de la rhétorique mais non le moindre, tout cela aura permis une très jolie « diversion » par rapport à la réflexion sur la nature et sur le devenir de la circonscription administrative.

N’était ce pas là le principal ?…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.