Les petits cadeaux font les bons amis

On me dit dans l’oreillette (gauche) que Florian Bachelier, député LREM de la 8ème circonscription d’Ille-et-Vilaine et néanmoins premier questeur de l’Assemblée Nationale, serait allé utilement échanger cette semaine avec les dirigeants de la société Olnica qui est domiciliée à Chantepie, dans la première circonscription législative d’Ille-et-Vilaine que son voisin, le député LREM Mustapha Laabid, a récemment laissé tomber après avoir été lourdement condamné par la Cour d’Appel de Rennes pour abus de confiance.

Ouf… 😉

La société Olnica, qui s’est donné pour objectif de protéger la propriété intellectuelle et de garantir l’authenticité et la traçabilité des produits de ses clients., est spécialisée dans la traçabilité et la lutte anti-contrefaçon.

De son propre aveu, la société ne pouvait tout de même pas laisser Maître Florian Bachelier repartir sans son stylo à encre sécurisée.

Si j’en crois le quotidien Ouest-France en date du 21 octobre 2019, ce stylo-plume s’accompagne d’une cartouche sécurisée et d’une licence. Son prix « va de 915 € à plus de 1 500 € en fonction du stylo choisi » sachant que « pour changer l’encre, les recharges avec le même traceur moléculaire sont en vente pour 220 € les deux cartouches. La licence est valable deux ans »

Comptant sur toute l’attention que notre député porte très certainement aux délicates questions des lobbies et des conflits d‘intérêt, je suis certain qu’il ne va manquer de déclarer ce petit cadeau au déontologue et peut-être même qu’il va laisser le bureau de l’Assemblée, dont il est membre, juger de sa meilleure affectation… puisque c’est tout-à-fait possible de procéder ainsi quand on veut rester à l’abri de tout soupçon.

Me référant à l’article 80-1-2 du Règlement de l’Assemblée Nationale ainsi qu’à l’article 7 de son code de déontologie qui régissent ce type de don d’une valeur supérieure à 150 euros, je rappelle en passant que cette démarche est obligatoire et que les déclarations donnent lieu à des publications consultables sur le site Internet de l’Assemblée nationale.

Et toujours en passant, je fais observer qu’à l’instar de l’écrasante majorité de ses collègues Florian Bachelier n’a jamais déclaré au déontologue le moindre présent qui aurait pu lui être fait, ni d’ailleurs la moindre invitation à des évènements ou à des voyages.

Mais peut-être est-ce la toute première fois qu’il est confronté à ce type de situation ?…

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.