Une question qui fâche (et même deux)

Download PDF

Il me semble que l’on ne peut que se réjouir du fait que, même si c’est à la sauvette, la commission permanente du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine ait adopté le 26 avril dernier un « guide interne de déontologie ».

Mais est-ce bien déontologique d’imposer ainsi son ***point*** de vue ?…

Et secondairement, est-ce bien écologique… dans la mesure où – sur cet exemple – l’écriture inclusive consomme autour de 20 % de caractères supplémentaires, donc 20 % d’encre par exemple, mais aussi 20 % de papier ou de bande passante…   😉

7 commentaires

  • Michel Deshayes

    Je ne suis pas un spécialiste de l’écriture inclusive mais quand je lis les acteur.trices, je comprends qu’il n’y a que la forme féminine qui a été mise au pluriel. Je lis bien ?

  • Chanussot sylvie

    L’écriture inclusive me gêne beaucoup en tant que femme : elle me désigne, me pointe du doigt, me sort d’un terme global pluriel et inclusif en lui-même ( je fais partie de TOUS) pour devoir me ré étiqueter avec un •e artificiel. La grammaire n’a jamais fait souffrir qui que ce soit !

  • Michel Deshayes

    Il faudrait faire un sondage d’opinion pour savoir ce que les femmes pensent de l’écriture inclusive… Le résultat pourrait être intéressant.

    Sinon, j’ai vérifié : il aurait fallu écrire acteur.trice.s et non pas acteur.trices
    J’ai plus d’une fois remarqué que l’écriture inclusive n’était pas bien maîtrisée par ceux qui la pratiquent.

    Et quand bien même : quel charabia ! Et quelle erreur sur le sens de la grammaire que de penser que le masculin l’emportant sur le féminin a une connotation sexuée.

Tous commentaires ici bienvenus de la part des personnes assumant leur identité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.