« Révéler Rennes » ne justifie pas tout

Download PDF

Du 3 62 01, j’ai reçu à 19h14 le sms que voici :

« Reveler Rennes avec Carole GANDON! Nous comptons sur vous pour le 2nd tour des élections municipales le 28 juin! Retrouvez notre programme ici > http://clic-ici.fr/duIIr Ce SMS vous est adressé via un prestataire externe en raison des contraintes sanitaires actuelles sur la distanciation STOP 3620 »

Mais j’ai aussi reçu au même moment :

  • un sms privé d’un de mes proches via l’application message sous iOS
  • un message privé sous messenger émanant d’une de mes correspondantes

tandis que, très exactement en même temps, j’ai également été destinataire d’un tweet public émanant de @agouritin… avant de recevoir d’autres interpellations.

Toutes ces personnes considèrent ces sms de « Révéler Rennes » comme indésirables et se demandent comment il peut se faire que (l’association de financement électoral ?) « Révéler Rennes » ait pu utiliser un numéro de téléphone qu’elles ne lui ont jamais communiqué.

La réponse se trouve sur le site de la CNIL (clic).

On doit en retenir qu’un citoyen peut avoir indiqué son numéro de téléphone sur un formulaire à destination d’un parti politique ou d’un candidat, mais un candidat ou un parti politique peut également acheter ou louer une base de données contenant des numéros de téléphone auprès d’une société privée.

Dans ce dernier cas, la CNIL recommande qu’un premier message téléphonique soit adressé aux personnes concernées afin de recueillir leur accord à être démarchées spécialement à des fins de communication politique.

De surcroît, le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données personnelles sur le territoire de l’Union Européenne (que l’on appelle la RGPD par son petit nom et qui est applicable de droit en France, car ce n’est pas une « simple » directive) met à la charge des « responsables de traitement » une obligation de transparence à l’égard des personnes concernées et une obligation d’information renforcée… que les données soient collectées directement ou indirectement auprès de la personne concernée.

La CNIL recommande, en vue d’assurer la transparence du traitement, de porter à la connaissance des personnes concernées, lors de chaque message de communication, diverses informations et notamment de rappeler les droits des personnes concernées et les modalités d’exercice du droit d’opposition (voir le site de la CNIL : clic).

En résumé, il ne suffit pas d‘invoquer « les contraintes actuelles sur la distanciation » comme cela est fait dans ce sms  indélicat, pour ne pas dire indésirable, pour s’affranchir – la bouche en cœur – d’une part des règles et d’autre part des recommandations qui prévalent.

A moins de se moquer éperdument du corps électoral ?…

Pour aller plus loin : Distinguons le vrai du faux

10 commentaires

  • Mais puisqu’on vous dit que (pour les écervelés) il n’y a vraiment pas de souci…   😉

    Municipales à Rennes : oui Carole Gandon a le droit d’adresser des sms à 89.000 rennais (Ouest-France)

  • Il y a un de mes fils qui vient de me faire remarquer qu’il ne vaut même pas 20 centimes…   😉

    • Mais du coup, moi non plus ???…    😉  😉  😉

      • Avatar Olivier Dulucq

        Si on avait su vous imaginez bien que nous n’aurions pas dépensé 20 centimes pour convaincre celui qui consacre son temps libre à traquer la moindre de nos failles voire à découvrir des complots et autres subterfuges quand il n’y a rien.
        Vous êtes donc la démonstration ad absurdo que nous ne sommes pas en possession de votre nom ou votre téléphone et que c’est bien que dans un cadre strictement légal qu’un prestataire à qui vous aviez confiez directement ou indirectement votre numéro de portable vous a envoyé ce sms, dans un démarchage non commercial et en vous proposant de mettre fin à ce démarchage.
        Ce qui est développé par Ouest-France.
        Nous n’aurions pas investi 20 cts mr Jehannin. Vous êtes infiniment plus précieux ! A vos yeux.

        • Bonjour Monsieur Dulucq, vous me manquiez…    😉

          D’abord, merci de consacrer encore une fois un peu de votre temps libre à vous intéresser à ce qu’il m’arrive de faire du mien.

          J’adore vos commentaires auto suffisants parce qu’il n’y a pas besoin d’aller chercher plus loin pour les démonter    😉

          Vous tentez de sauver la face en affichant avec un certain aplomb une vision réductrice et complaisante de la réglementation et des recommandations en vigueur.

          Je n’ignore pas que les campagnes de sms tendent à devenir courantes, mais cela ne justifie pas qu’au plan local, sans aucun état d’âme, vous emboîtiez le pas au Rassemblement National.

          En premier lieu, compte tenu du fait que ce ne sont pas les mêmes règles qui s’appliquent dans les deux cas, je vous mets au défi de prouver que ce sms est purement informatif et qu’il n’a rien de publicitaire. Car, au plan réglementaire, il se trouve que ça change tout.

          En second lieu, je me permets de douter que vous disposiez de la preuve que lorsque les numéros ont été collectés, leurs titulaires aient été clairement informés que ces numéros pourraient être utilisés à des fins de communication politique… à défaut de quoi il eût fallu qu’un premier message téléphonique soit adressé aux personnes concernées afin de recueillir leur accord à être démarchées spécialement à ces fins.

          Quant aux aspects financiers, je souhaite vous faire observer que ce n’est pas « Révéler Rennes » qui « investit » de l’argent dans l’opération puisqu’il s’agit de « frais de campagne » qui lui seront remboursés. Ce sont donc bien tous les contribuables qui vont supporter ces 17.000 euros.

          PS : est-ce pour paraitre plus sérieux que vous utilisez l’expression « ad absurdo » quand l’expression « par l’absurde » apparaitrait sensiblement moins pédante ?…

          • Jean-Luc Mélénchon, le Rassemblement National, Emmanuel Macron, sur les trois dernières années, ces pratiques de sms informatifs ce sont répandus. Nos concitoyens passent plus de temps devant leur portable, que devant leur télé ou leur quotidien. Avec 60% d’absentions, pour des raisons diverses et variées, il faut s’adapter aux contraintes particulières du Covid et aux nouveaux usages.
            Vous me mettez au défi de prouver que ce sms est informatif. Il n’est évidemment pas commercial. Il est donc cadré par la CNIL et autorisé par la loi. Se présenter à une élection n’est pas un acte commercial.
            Pour autant les listes gérées par des entreprises spécialisées sont toutes basées sur des personnes qui ont autorisé l’utilisation de leurs données pour un démarchage commercial. Etait-ce automatique ? Etait-ce conscient ? Ce sont de vraies questions. Il y a un devoir d’alerte de tous nos concitoyens sur cette acceptation à la diffusion de nos données, que nous avons laissé filer vers des entreprises commerciales.
            Penser que recevoir un démarchage commercial serait supportable et une invitation politique serait insupportable serait pour le moins inquiétant, sur notre société qui ne serait plus démocratique mais éminemment marchande…
            Mais je comprends que l’on puisse penser l’inverse.

            Sur le remboursement des frais de campagne, c’est un acquis qui permet de se présenter à une élection, en n’étant pas sortant ou financé par les partis politiques, ce qui constituerait un monopole de la politique aux seuls partis. Pour autant, ceux qui n’ont pas fait 5% au premier tour ne sont pas du tout remboursés et c’est un pari coûteux. Je pense notamment amicalement à Frank Darcel.

            En confiant cette tâche à une entreprise spécialisée, nous nous sommes assurés de ne collecter aucun numéro, de pouvoir s’assurer de son respect du RGPD. https://www.adrexo.fr/data-base/ Mais on peut douter de tout et surtout de nous. Cela semble être votre cas.

            Je constate que vous avez tous les droits de me qualifier de différents qualificatifs et que par définition je me dois de faire bonne figure si je ne veux pas subir vos foudres. Et je ne cherche pas à faire plus sérieux. Hélas

            • Je ne suis pas surpris que vous trouviez pertinente cette forme de marketing politique.

              Je vous remercie d’avoir formellement reconnu que l’on peut penser l’inverse.

              La difficulté tient à mon avis au fait que cette communication est imposée à ceux qui ne la souhaitent pas.

              Si vous étiez respectueux de tous, je pense que vous vous feriez un devoir d’appliquer les recommandations de la CNIL à ce sujet :

              PS : à propos de qualificatifs, vous souvenez-vous de la manière dont vous m’avez abordé la toute première fois ?… Je vous la rappelle : « Zorro est fatigué…etc.  » . C’était le 30 mars dernier…

  • Avatar MARTIN

    Je ne connais pas ce Monsieur DULUCQ mais je constate qu’il a un style lourd et maladroit (abus des propositions relatives et subjonctives utilisées à mauvais escient) et donc difficile à lire et à comprendre. A cela s’ajoutent de multiples fautes d’orthographe. Je trouve que Madame GANDON devrait mieux choisir ses collaborateurs et ses avocats. Au besoin je me propose pour les aider à combler leurs lacunes stylistiques et orthographiques
    Daniel MARTIN
    PS :je n’ai pas reçu de messages de cette liste. C’est dommage….J’aurais répondu

Tous commentaires ici bienvenus

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.