Cherchez l’erreur

Download PDF

Il parait qu’en douce France,

  • un prénom ne peut pas comporter d’apostrophe, alors qu’il peut très bien y en avoir dans le nom
  • on peut utiliser les trémas, les accents, les cédilles et les ligatures, mais on ne peut pas utiliser l’apostrophe
  • on peut, parait-il, quand même avoir bénéficié d’une apostrophe dans son prénom avant 2014, mais pas après 2014

Et à Rennes,

  • on peut s’appeler Noël, Hélène, Côme ou Pacôme, François, Læiia, Jean-Marc ou Pierre-Yves… et même Manec’h (2012), N’Khany (2014), Chem’s (2015), N’Guessan (2015), D’jessy (2016), Tu’iuvea (2017), N’néné (2017)… mais pas Derc’hen (2017)

C’est bizarre, non ?   😉

Moi, jusque là, je n’ai pas eu de bol mais ça va peut-être changer :

cliquez sur l’image si vous aussi, vous voulez tenter le coup     😉

Voir ici :

la circulaire de 2014 relative à l’état-civil destinée aux Procureurs

la liste des prénoms des enfants nés à Rennes entre 2012 et 2017

le point de vue d’un avocat nantais spécialiste de ces questions

2 commentaires

  • Un petit extrait de l’analyse de l’avocat sus-citée :

    « soutenir que cette circulaire empêcherait de prénommer son enfant Derc’hen est tout aussi absurde que de prétendre qu’elle empêcherait de le prénommer Jean-Marc ou Anne-Lise : cette circulaire a pour seul objet d’indiquer les voyelles et consonnes accompagnées de signes diacritiques qui sont considérés comme faisant partie de la langue française et ceux qui sont considérés comme n’en faisant pas partie. Elle ne traite en aucun cas des signes graphiques ou de ponctuation tels que les tirets ou les apostrophes, qui font incontestablement partie de la langue française comme les 26 lettres de l’alphabet français, que la circulaire n’évoque donc pas davantage… »

    « Cette circulaire n’interdit donc pas plus les apostrophes que les tirets et invoquer cette circulaire pour interdire le prénom Derc’hen est absurde. Il ne parait d’ailleurs pas plus judicieux de vouloir régler le problème du petit Derc’hen en demandant le retrait d’une circulaire qui ne concerne en fait pas son cas !

    Quant à prétendre que la présence d’une apostrophe serait contraire à l’intérêt de l’enfant, la démonstration du Procureur de la République sur ce point est attendue avec impatience alors que Derc’hen est un prénom traditionnel breton et que bien des noms de famille comportent un c’h en Bretagne. »

  • « Alors que la mairie de Rennes a refusé que des jeunes parents nomment leur bébé « Derc’hen » en raison de l’apostrophe, le parquet général et le parquet de Rennes ont procédé à un réexamen de la situation juridique.

    Il en résulte que, la circulaire du 23 juillet 2014 ne statuant pas expressément sur l’utilisation de l’apostrophe et s’agissant en outre d’un signe orthographique d’utilisation courante, il peut être considéré que son emploi n’est pas formellement interdit », a indiqué ce vendredi le parquet général dans un communiqué. »

    © Le Télégramme

    http://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/rennes-derc-hen-le-parquet-autorise-l-apostrophe-26-01-2018-11828683.php#m4XQ8B7obfhrAxyJ.99

    ATTENTION : C’EST L ‘ APOSTROPHE QUI EST RECONNUE, CE N’EST PAS DU TOUT LE C’H

    Une autre source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/prenom-derchen-redevient-derc-hen-1409445.html

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.